Célébrations du 90ème anniversaire de la FICR

le Président du FICR M. del Toro et le Président de la République
Publié le 05/05/2009

Lors de la célébration de son 90ème anniversaire à Paris, la Fédération internationale Croix-Rouge Croissant-Rouge a remis une déclaration solennelle au Président Nicolas Sarkozy. L’occasion pour celui-ci de rappeler le soutien de la France aux valeurs et actions de la Croix-Rouge partout dans le monde.

"Ensemble pour l’humanité : 90 ans et au-delà." Tel est le nom officiel de ce qui restera certainement aux yeux des observateurs comme la "déclaration de Paris", portée en ce lundi 4 mai au Président de la république française, Nicolas Sarkozy, par le Président de la FICR, Juan Manuel Suárez del Toro. Ce texte appelle les citoyens et les Etats du monde entier à soutenir plus que jamais les efforts des sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans un monde en proie aux crises sanitaires, financières, sociales ou climatiques.

Accompagné d’administrateurs de la Croix-Rouge française, de son Président, le Professeur Jean-François Mattei, ainsi que des représentants des délégations de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge venus du monde entier, le Président del Toro a reçu un chaleureux accueil de la part du Président de la République, lui-même entouré de Michelle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, Eric Besson, ministre de l’immigration, Rama Yade, secrétaire d’état chargée des Droits de l’Homme et Martin Hirsch, haut commissaire aux Solidarités actives. Loin de se contenter d’une réception protocolaire, le Président Sarkozy a tenu à rendre hommage au travail des volontaires de notre Mouvement lors d’un discours dans lequel il a rappelé, en substance, que la Croix-Rouge incarnait "l’universalité des valeurs d’entraide et de respect de la dignité humaine à laquelle la France est si attachée…"
Il a aussi tenu à répondre aux attentes émises dans la "Déclaration de Paris", entendant bien "renforcer encore" le partenariat qui unit la Croix-Rouge française aux pouvoirs publics, dans le respect de son indépendance, "imposer l’application effective du droit international humanitaire" et "renforcer le consensus international sur l’accès des personnels humanitaires aux populations en détresse…"

Hôtel de ville - FICR

... Le lendemain, mardi 5 mai, c'était Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui recevait les membres de la Croix-Rouge française et de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Sous les ors des salons de l'Hôtel de Ville, Anne Hidalgo a rappelé que c'est sur les décombres de la Première Guerre mondiale, à Paris, en 1919, que la FICR avait été crée, et que la ville et ses habitants entretenaient depuis avec la Croix-Rouge "une véritable histoire d 'amour", rappelant au passage son rôle lors du soulèvement de Paris en 1944. Consciente des défis contemporains que notre Mouvement se devait de relever, "crise économique ou changements climatiques", elle a également salué notre capacité à interpeller les gouvernements en amont des problèmes par un chaleureux "Vous avez toujours un temps d'avance !"

ravivage

6 mai : ravivage de la flamme.

Après une nouvelle journée d’intense travail sur les maux de notre monde, les membres de la FICR ont eu le privilège d’assister au ravivage de la flamme de la tombe du soldat inconnu. Un hommage que la Croix-Rouge française rend chaque année sous l’Arc de Triomphe, depuis 1923, aux morts des guerres passées et présentes, ainsi qu’au dévouement de ses bénévoles.

En lieu et place des traditionnelles parades militaires, ce sont les bénévoles et étudiants des établissements de formation de la Croix-Rouge française qui ont défilé. Tout un symbole. Celui de la fidélité de notre Mouvement à ses missions humanitaires, en temps de paix comme sur les théâtres de guerre… C’est après tout sur un champ de bataille, à Solferino, qu’est né notre Mouvement, qui s’est aussi donné pour rôle à l’origine d’entretenir la mémoire des soldats morts sur les champs de bataille.

Le sens pacifique de cette manifestation n’a pas échappé aux nombreux invités internationaux qui se sont joint aux spectateurs.