Amélie Royer, assistante de service social

Amélie Royer, assistante de service social
Publié le 17/06/2015

Amélie, assistante de service social, nous raconte dans cette interview son parcours, ses choix professionnels et son accompagnement des personnes en situation de précarité au quotidien.

Pouvez-vous vous présenter  en quelques mots (prénom, âge, études/parcours, profession, hobbies, …) 

Je m’appelle Amélie Royer et j’ai 36 ans. J’ai d’abord suivi des études d’histoire et obtenu, en 2006, un Doctorat en Langues, Histoire et Civilisations des mondes anciens. Mes activités de recherche m’ont conduit à l’étranger pendant plusieurs années, notamment en Turquie [...]. De retour en France, en 2010, j’ai décidé d’emprunter une nouvelle voie, en déployant  mon attention à l'autre dans le champ du travail social et dans le cadre de la relation d'aide, qui vise le développement des potentialités de la personne accompagnée, en la rendant actrice de son propre changement, auteur de sa propre histoire.

Pourquoi avez-vous choisi la formation d’assistant(e) social(e) ? Qu’aimiez-vous particulièrement dans cette formation ?

Intégrer la formation d’assistant sociale était pour moi la meilleure façon de m’engager sur cette nouvelle voie du travail social. Aussi, cette formation professionnelle me semblait complète et la possibilité de faire l’expérience de l’alternance (théorie, pratique) me séduisait tout particulièrement.

Est-ce que cette formation a répondu à vos attentes et vous aide dans votre métier actuel ? 

Cette formation a complètement répondu à mes attentes et, dans le cadre de mon métier actuel, je mobilise avec plaisir les connaissances et les compétences que j'y ai acquises. Dans la pratique de mon métier actuel, je peux grâce à mes connaissances apporter des réponses adaptées à chaque situation, mais aussi respectueuses des différentes parties en présence (personne accompagnée, institution d’appartenance, partenaires, soi-même…).

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce métier ? Qu’est-ce qui vous séduit toujours dans votre exercice au quotidien ? 

Mon intérêt pour ce métier réside dans la pluralité de ses dimensions (relation d’aide, travail d’équipe et partenariat, mobilisation de dispositifs légaux, etc.).

 Mes missions actuelles, par exemple, qui consistent à favoriser l’accès au logement ou le maintien dans le logement de personnes en situation de précarité, reposent sur la prise en compte de différents aspects, qui constituent en fait des axes de travail possibles avec les personnes. […] 

Pouvez-vous d’ailleurs nous décrire vos missions quotidiennes ? Quelle est la semaine type d’un(e) AS ?

Je travaille actuellement au sein d'une association d'insertion par le logement. Concrètement, ma mission consiste à aider les personnes qui ne parviennent pas, par leurs propres moyens, à accéder à un logement autonome, décent et adapté à leur situation ou à s'y maintenir.

Pour ce faire, je mets en œuvre des accompagnements adaptés aux problématiques des personnes concernées, en recherchant leur participation, mais aussi en mobilisant les dispositifs légaux en matière de logement (Droit au Logement Opposable, Accompagnement Social Lié au Logement, Fonds National d'Accompagnement Vers et Dans le Logement, etc.).

Au quotidien, la relation d'aide dans laquelle je m'inscris se matérialise par la réalisation d'entretiens individuels avec les personnes concernées, dans le cadre de permanences dédiées ou de rendez-vous programmés au sein de l'association ou au domicile des personnes. Je suis bien sûr également amenée à participer, en interne, aux réunions d'équipe hebdomadaires et à être régulièrement en contact avec nos partenaires, que sont principalement l’Etat, les collectivités territoriales et les bailleurs sociaux.

Parlez-nous de la structure dans laquelle vous exercez ? 

J'exerce au sein d'une association, loi 1901, créée dans les années 80 et composée à ce jour d'une dizaine de salariés. Son histoire et son développement sont intimement liés à l'évolution de politiques sociales en matière de lutte contre les exclusions et de droit au logement. Il s'agit d'une petite structure, certes, mais très bien repérée par nos partenaires, et inscrite sur un territoire urbain précis, Villeurbanne. Elle est également insérée dans différents réseaux, en lien avec la promotion du droit au logement ou encore la lutte contre les discriminations. 

Pourquoi avoir choisi d’étudier dans un institut de formation de la Croix-Rouge française ? 

Je suis particulièrement sensible à l'histoire de la Croix-Rouge française, aux valeurs humanistes qui l'animent et qui se déclinent dans des actions se déployant dans différents champs et à différentes échelles. 

Quels étaient alors vos projets professionnels ? Quels sont-ils aujourd’hui ? 

Mon objectif, en intégrant cette formation, était d'acquérir des connaissances et compétences qui me permettent d'exercer un métier aux prises avec des enjeux et des réalités multiples (individuelles, collectives, sociales, économiques, politiques, etc.), tout en étant cohérente avec mon projet personnel de vie.

Dans un avenir,  plus ou moins proche, tout en poursuivant ma professionnalisation sur le terrain, […] j’aimerais participer à la formation des travailleurs sociaux et plus globalement à la valorisation et à la circulation des savoirs, des compétences et des pratiques des étudiants Assistants de Service Social et des professionnels de terrain.

Qu’est-ce que vous aimeriez dire à une personne qui hésite à suivre cette formation pour la convaincre de le faire ?

[…]Je pourrais seulement partager mon expérience, évoquer les belles rencontres que j’ai faites dans le cadre de cette formation. Les trois années de formation sont denses - par leur contenu, le jeu de l’alternance, les attendus du diplôme, etc – mais gratifiantes. […]


Vous pouvez télécharger l'interview complète ci-contre.