La Croix-Rouge française mobilisée en renfort au Bangladesh

La Croix-Rouge française mobilisée en renfort au Bangladesh
Publié le 17/05/2018

La Croix-Rouge française déploie des équipes de réponse aux urgences humanitaires (ERU) au Bangladesh.

En réponse à l’appel de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et en renfort des Croix-Rouge finlandaise et norvégienne, la Croix-Rouge française déploie des équipes de réponse aux urgences humanitaires (ERU) au Bangladesh.

Des centaines de milliers de réfugiés au Bangladesh

Depuis fin août 2017, près de 900 000 personnes ont fui les violences qui font rage dans l’état de Rakhine, au nord du Myanmar, pour se réfugier au Bangladesh. Elles sont aujourd’hui réparties dans une trentaine de camps et abris de fortune à Cox’s Bazar. La crise dure depuis des mois et est classée en niveau rouge par la FICR depuis le 11 octobre 2017. Les Sociétés Nationales des Croix-Rouge suédoise, norvégienne, britannique,  autrichienne, allemande, canadienne, hongkongaise, danoise, japonaise. sont déjà mobilisées et déployées pour soutenir les opérations du  Croissant-Rouge du Bangladesh.

Le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge fournit des vivres, de l’eau, des soins de santé, des solutions d’assainissement et des abris aux sinistrés. Il offre également  des services de soutien psychologique et met en place des zones sécuritaires réservées aux femmes et aux enfants dans les camps.

Un hôpital de campagne a notamment été mis en place dès octobre 2017 par les Croix-Rouge norvégienne et finlandaise. Celui-ci comprend 60 lits, une salle d’urgence, un laboratoire d’analyses médicales, des salles d’hospitalisation pour adultes et enfants, une maternité.

Vous pouvez visiter l’hôpital en 3D en cliquant sur ce lien : https://fieldhospital360.com/?lang=en

Contexte d’intervention de la Croix-Rouge française :

La crise risque encore de s’aggraver avec la saison des moussons qui commence.  Les conditions de vie des populations dans ces camps spontanés sont extrêmement difficiles, ils vivent dans une grande promiscuité et des conditions sanitaires précaires.

La mousson risque de provoquer des inondations, des glissements de terrain et  l’accumulation d’eaux stagnantes, engendrant avec eux des maladies transmises par l’eau et les moustiques.

Pour faire suite à l’appel de la Croix-Rouge norvégienne et finlandaise, la Croix-Rouge française a décidé d’intervenir en renfort en mettant à disposition du personnel médical et non médical : médecins, infirmiers, sages-femmes, spécialistes en soutien psychologique, spécialistes en eau et assainissement.