Le Corps de volontaires humanitaires européens

Le Corps de volontaires humanitaires européens
Publié le 10/02/2012

Les tout premiers volontaires retenus on suivi la formation IMPACT de la Croix-Rouge française à Modane pour se préparer à leurs prochaines missions sur le terrain.

L’humanitaire, incontestablement, se professionnalise toujours davantage. Pour apporter sa pierre à l’édifice et pour accroître la solidarité européenne dans ce domaine, l’Union européenne a décidé de mettre en œuvre un Corps volontaire européen d’aide humanitaire (European Voluntary Humanitarian Aid Corps), à horizon 2014. Des consultations ont été menées auprès des acteurs du secteur et trois projets pilotes ont été retenus, dont l’un porté par la Croix-Rouge.

EVHAC 1


Ainsi, du 23 janvier au 2 février 2012, les 21 volontaires recrutés ont suivi à Modane la formation IMPACT (International Mobilisation and Preparation for Action) de la Croix-Rouge. Objectif : se préparer à leur première mission sur le terrain, se familiariser avec le Mouvement Croix-Rouge et échanger entre jeunes Européens.

« Ce nouveau programme donnera la possibilité aux jeunes Européens d’apporter de l’aide en tant que volontaires dans des actions humanitaires. » C’est en ces termes que Markus Held, coordinateur du projet au sein d’ECHO, définit le projet EVHAC qui n’en est encore qu’à sa phase pilote. C’est pourquoi l’UE, dans un premier temps, a décidé de consulter les professionnels du secteur afin de réfléchir aux conditions de la mise en place d’un tel pôle de volontaires. « Les associations ont une expertise énorme, ajoute-t-il. Nous ne pouvions donc pas imaginer mener ce programme sans les consulter. »
La Croix-Rouge française a ainsi obtenu le financement d’un des projets pilotes, porté aujourd’hui par cinq Sociétés nationales (bulgare, finlandaise, allemande, autrichienne et française), avec l’appui de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. 21 volontaires ont ensuite été recrutés pour une première mission d’une durée de six mois ; mais avant de partir, il était indispensable de suivre une formation, adaptée aux spécificités du projet comme au profil des participants.

Un « IMPACT » revisité

IMPACT

Tout délégué ou volontaire qui part sur le terrain avec la Croix-Rouge doit avoir suivi la formation IMPACT (International Mobilisation and Preparation for Action), stage de plusieurs jours dispensé à Modane, au cœur de la Savoie.
Connaissance et apprentissage du Droit International Humanitaire (DIH) et des valeurs du Mouvement, gestion des risques de catastrophes, utilisation de la radio et du GPS, topographie, session sur le « stress management », exercices de mise en situation…

EVHAC 3


Autant de modules qui ont permis à ce public « junior » de mieux appréhender les enjeux d’une mission. « La formation nous permet de réfléchir et de se poser beaucoup de questions, explique Veronika, volontaire de 26 ans originaire de Bulgarie. Mais le plus important pour moi c’est le fait de travailler en équipe, d’apprendre à être ensemble 24h sur 24h, à nous entendre et nous comprendre, car quand nous serons sur le terrain ce sera ainsi : on travaillera en équipe, avec des gens de tous horizons, de nationalités et cultures différentes, et il faudra que cela fonctionne ! »

Les valeurs du Mouvement

Autre module apprécié par les participants, la journée de sensibilisation sur le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sur ses valeurs et sur la façon dont il se constitue, ainsi que sur le DIH ; autant d’éléments indispensables pour que le volontaire puisse prendre conscience de son rôle et de sa place.

EVHAC 2


« Le DIH suscite de plus en plus d’intérêt et de questions, explique Darko Jordanov, Education Advisor au CICR. Il suscite également de plus en plus de doutes : je vois davantage de jeunes qui émettent des réserves quant au fait que le droit protège vraiment en temps de guerre…
Pour certains, l’action humanitaire est utile, mais pas le DIH. Il est donc extrêmement important d’aborder ces questions car le droit, assurément, offre une base d’action dans tout conflit armé. Aujourd’hui deux approches cohabitent : l’une fondée sur le besoin et l’autre sur le droit. J’ai voulu montrer que l’une n’allait pas sans l’autre.»

Exercice terrain

Et quoi de mieux qu’une mise en situation pour mettre en pratique tous les apprentissages de cette session de formation. Ainsi, à la fin des dix jours, un exercice terrain a été proposé aux participants, avec mise en situation dans un pays en conflit, et mission prédéfinie à mener en équipe. Objectif : passer de la théorie à la pratique, prendre conscience de sa capacité à agir, en situation de stress notamment.

Cet exercice a ainsi été réalisé sous l’œil expert de Koen Van Praet, psychologue clinicien ayant participé à de nombreuses missions sur le terrain avec la Croix-Rouge, et qui avait proposé quelques jours plus tôt aux volontaires un module incontournable sur la gestion du stress. « Avant d’aller sur le terrain c’est très important de voir avec les uns et les autres les situations stressantes auxquelles ils pourront être confrontés, et de trouver, en amont, des méthodes pour le gérer », témoigne-t-il. Une journée terrain par conséquent riche en émotions pour les participants, qui voient désormais le départ approcher.

EVHAC 5


Pakistan, Serbie, Cambodge, Vanuatu… Tous rejoindront une mission menée dans l’un des quatre coins du globe par une Société nationale, entre les mois de mars et octobre. « Ce programme offre aujourd’hui une opportunité idéale pour commencer une carrière en tant que jeune professionnel de l’humanitaire, témoigne Guillaume, franco-allemand-belge âgé de 32 ans. Et cet « Européen convaincu » d’ajouter : « Je sors de l’université et je n’ai pas encore d’expérience terrain : EVHAC vient combler parfaitement ce besoin de transition entre les deux. »