Ebola : la riposte se déplace à Forécariah

Ebola : la riposte se déplace à Forécariah
Publié le 03/04/2015

Depuis début février, la situation épidémiologique se dégrade en Guinée maritime et dans la capitale. La Croix-Rouge française, en concertation avec les autorités guinéennes et françaises, et avec l’accord du bailleur de fond USAID, a décidé de transformer le centre de traitement médicalisé de Forécariah en Centre de traitement Ebola.

Alors que l’épidémie semble sous contrôle en Guinée forestière depuis janvier, les centres de traitement Ebola (CTE) situés à Conakry et dans la Basse-Guinée continuent d’enregistrer des cas de contamination. La persistance, voire l’intensification, de ces foyers épidémiques, ont nécessité une adaptation de la stratégie de réponse.

ebola-forecariah-vign

Depuis janvier dernier, à la demande du ministère de la santé guinéen, la Croix-Rouge française opère dans le centre de transit médicalisé de Forécariah, situé à plus de 100 km au sud de la capitale et à proximité de la Sierra Leone. Il s’agissait jusqu’alors d’assurer l’accueil et le transfert des cas confirmés Ebola vers le CTE de Coyah (50 lits), situé à la sortie de Conakry. Ici, comme ailleurs en Guinée maritime, les centres affichent des taux d’occupation encore très élevés.

Depuis début février, face à la dégradation brusque de la situation épidémiologique dans la région, il a été décidé de transformer le site de Forécariah en centre de traitement Ebola afin d’offrir une prise en charge en routine des cas confirmés. Les travaux d’extension battent leur plein actuellement, afin de pouvoir mettre en place toutes les structures et moyens nécessaires. Le laboratoire K-Plan, en cours d’installation avec l’appui du gouvernement français, se chargera des analyses des prélèvements sanguins.

ebola-forecariah-large

Travaux d'aménagement du site de Forécariah

Le CTE de Forécariah aura une capacité de 25 lits. La Croix-Rouge française a déjà renforcé son équipe de délégués sur place pour assurer cette nouvelle mission. Par ailleurs, les activités communautaires se poursuivent dans le district de Forécariah. La sensibilisation et la communication restent indispensables pour consolider l’acceptation par la population du travail des acteurs humanitaires dans la lutte contre Ebola.


carte-ebola