Des besoins toujours importants à Saint-Martin

Saint-Martin reprend vie, pas à pas
Publié le 25/09/2017

Distribution d'eau potable auprès des habitants de Saint-Martin.

Les activités de la Croix-Rouge française battent leur plein sur Saint Martin. Les distributions d’eau, de kits hygiène et abri d’urgence sont assurées. Des évaluations des besoins sont menées parallèlement pour envisager les actions à venir, après l’urgence.

 

Sans parler encore d’un retour à la normale, l’île de Saint Martin reprend vie néanmoins. Les commerces rouvrent les uns après les autres, 60 % de l’électricité a été rétablie sur l’île, ainsi qu’une grande partie du réseau téléphonique. En outre, les vols commerciaux reprennent progressivement, signe d’une réelle amélioration de la situation.

Le bilan côté Croix-Rouge française est lui aussi très encourageant. En quelques jours, onze énormes réservoirs d’eau sanitaire ont été installés sur l’île, alimentés par le réseau lorsqu’il fonctionne ou par camion-citerne, ainsi que des rampes de distribution munies de robinets pour que les habitants  puissent remplir leurs bouteilles et jerricans. 

Stéphane Vielfaure, équipier urgentiste spécialisé en eau et assainissement (WASH).

 « Il faudra des mois pour rétablir complètement le réseau de canalisations de l’île, explique Stéphane Vielfaure, équipier urgentiste spécialisé en eau et assainissement (WASH). Les destructions sont très importantes. A notre arrivée, les gens n’avaient plus du tout d’eau sanitaire (eau destinée aux besoins domestiques autre que la consommation). Aujourd’hui encore, dans les quartiers défavorisés, la population fait la queue aux points d’eau. » 

De plus, les distributions de packs d’eau, de kits hygiène et de kits abri d’urgence (comprenant des outils et des bâches, notamment) sont désormais bien rôdées. Un millier d’autres kits hygiène ont été confectionnés en Guadeloupe pour être acheminés en sur Saint Martin.

Les distributions se font sur les 6 points fixes répartis sur le territoire et lors de maraudes. Des équipes mobiles vont à la rencontre des personnes en situation de précarité pour leur distribuer de l’aide. Dans les quartiers défavorisés, les besoins ne faiblissent pas, indiquent les bénévoles sur place. 

Cinquante à soixante bénévoles restent mobilisés chaque jour et cette mobilisation massive va se poursuivre au moins plusieurs semaines encore, compte tenu des besoins. De même, une équipe médicale, composée d’un médecin et d’une infirmière, est maintenue sur place pour assurer des consultations (environ 70 en dispensaires, en attendant le rétablissement du système de santé.

 

Mobilisation du Mouvement de la Croix-Rouge sur la Dominique 

L’île de la Dominique, située à 50 km de la Guadeloupe et de la Martinique, n’a plus rien de son ancien visage. Tout ou presque a été détruit par l’ouragan Maria, les maisons, les cultures, la  végétation… “Les gens ont cruellement besoin de nourriture et d’eau, en priorité, témoigne Steve Mc Andrew, le chef des opérations de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et de Croissant-Rouge (FICR), ils n’ont plus ni matelas, ni couvertures, ni matériels pour reconstruire ou réparer leurs habitations. Avec l’arrivée des pluies, ils leur faut absolument être mis à l’abri.”

Dominique ouragan Irma octobre 2017
 

La FICR œuvre aux côtés de la Croix-Rouge de la Dominique pour tenter de répondre aux besoins les plus urgents. Des tonnes de produits de première nécessité et de matériel arrivent par bateaux et avions grâce à la mobilisation de plusieurs sociétés de la Croix-Rouge, dont la Croix-Rouge française qui s’appuie sur la PIRAC, la plateforme d’intervention régionale pour la zone Amérique-Caraïbes.

L’une de ses missions est d’aider les pays et territoires de la Caraïbe, notamment cas de catastrophe naturelle. Elle a la capacité de mettre à disposition du matériel (machines pour le traitement de l’eau, bâches, couvertures, etc.), d’acheminer ce matériel et de proposer des renforts en effectifs si nécessaire.

Une première livraison de 900 bâches et 1 620  couvertures a été effectuée immédiatement sur la Dominique depuis la Martinique où la PIRAC possède un stock pré-positionné de biens humanitaires de première nécessité.

La plateforme a envoyé également une station mobile de potabilisation capable de fournir de l’eau à 4000 personnes par jour et qui complète la production d’une autre station pré-positionnée en 2015 par la PIRAC en Dominique au sein de la Croix-Rouge du pays. Par ailleurs, la Croix-Rouge française est mobilisée sur le centre d’accueil des impliqués (CAI) installé sur le port de la Martinique afin d’accueillir des sinistrés. 

Dominique matériel
 

En outre, un expert en logistique rattaché à la plateforme régionale d’intervention de la Croix-Rouge française pour l’océan Indien (PIROI) basée à La Réunion est arrivé en renfort pour faciliter les opérations arrières d’appui à la Dominique depuis la Guadeloupe et la Martinique

Au total, au moins 57000 personnes (sur 73000 habitants que compte l’île) seraient impactées par le passage de l’ouragan Maria. Il faudra sans doute des années pour redonner un visage humain à la Dominique, estime le chef des opérations de la FICR sur place.


Par Géraldine Drot

Vidéo de Nicolas Beaumont

Photo de Nina Svahn, Croix-Rouge finlandaise

 

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS POUR AIDER LES BÉNÉVOLES À AGIR, À METTRE EN PLACE LES DISPOSITIFS D'URGENCE ET À VENIR EN AIDE AUX POPULATIONS SINISTRÉES.

FAITES UN DON !

Faire un don sur le site Soutenir de la Croix-Rouge française