Philippines : priorité à la reconstruction

Philippines : priorité à la reconstruction
Publié le 10/02/2014

Trois mois après le passage du Typhon Haiyan, qui a affecté près de 16 millions de personnes, faisant plus de 6 000 morts, 4 millions de personnes déplacées et plus d’1 million de maisons détruites, le mouvement international de la Croix-Rouge va désormais donner la priorité à la reconstruction de maisons.

Coordination et mobilisation du mouvement Croix-Rouge

Dès les premières heures qui ont suivi la catastrophe, la Croix-Rouge philippine a joué un rôle primordial dans la prise en charge des sinistrés. Plus d’un millier de centres d’évacuation ont été mis en place et pour exemple, plus de 227 000 colis alimentaires ont été distribués, bénéficiant à plus d’1 million de personnes et de l’eau potable a pu être distribuée à plus de 750 000 Philippins les premières semaines après la catastrophe. A ce jour, 381 centres sont toujours ouverts abritant 20 924 familles. Très rapidement, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge ont répondu à l’appel de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) qui a assuré une coordination essentielle avec  la Croix-Rouge philippine. A ce jour, une vingtaine de Sociétés nationales de la Croix-Rouge sont présentes sur le terrain aux côtés des 6 000 volontaires de la Croix-Rouge philippine mobilisés.

typon-mvt-large3

Une première équipe de réponses aux urgences (ERU - distribution de produits de première nécessité) de la Croix-Rouge française s’est envolée pour les Philippines le 15 novembre, avec trois tonnes et demi de matériel. Avec les équipes de la Croix-Rouge philippine, elles ont travaillé ensemble pour délivrer l’aide attendue par les sinistrés. Partage d’informations, établissement d’un plan d’action commun, collaboration étroite sur les aspects logistiques et ressources humaines, grâce à leurs efforts conjoints,  plus de 16 600 familles ont ainsi pu recevoir nourriture et produits de première nécessité (kits hygiène, couvertures, tentes, moustiquaires,…) dans la région d’Ormoc, de Biliran (nord d’Ormoc) et dans les villages de Nueva Vista et Cabao-An.

Au total, 20 équipiers de réponse aux urgences ont été déployés, ainsi qu’un médecin urgentiste de la Croix-Rouge française mobilisé au sein de la clinique mobile (BHC) gérée par la Croix-Rouge japonaise. Les équipes de réponses aux urgences resteront encore pour terminer de distribuer des produits de première nécessité ainsi que des kits d’abris d’urgence à quelque 3 146 familles qui en ont encore besoin.

Priorité à la reconstruction

Aujourd’hui, alors qu’on estime à plus d’un million le nombre de maisons détruites ou endommagées, l’une des priorités sera donnée à la reconstruction de maisons temporaires ou permanentes.

typhon-aide-large4

D’ores et déjà, des kits d’outils pour abris temporaires sont distribués.  Ces kits qui comprennent des outils appropriés pour la réparation des maisons endommagées ou la construction d’abris d’urgence, contiennent bâches, corde, binette, cisailles, scie à main, clous de toiture, pelle,… et offrent de manière rapide et efficace une aide immédiate au logement pour les personnes touchées par des catastrophes.

Dans les semaines à venir, la Croix-Rouge française devrait participer à la construction de 500 maisons semi-permanentes dans les cinq municipalités du Nord Cébu affectées par le cyclone : Daanbantayan, Medellin, Madridejos, Bantayan et Bogo City.

La Croix-Rouge française devrait également participer au projet de « village français » au Nord Cébu (communauté de Daanbantayan) promu par la Chambre de Commerce française aux Philippines et appuyé par de nombreuses entreprises françaises installées dans ce pays. Ce projet devrait permettre de mettre en place une véritable « approche quartier » avec des activités de réaménagement urbain et  de réinstallation de personnes déplacées, prenant en compte les besoins des populations non regroupées (personnes vivant sur leur parcelle sous une tente, dans les maisons endommagées, en famille d’accueil…) et favorisant le retour vers leur quartier d’origine, des personnes actuellement hébergées dans des camps, en leur assurant un minimum de services (eau, assainissement, voirie, etc.) et en améliorant l’offre de logement.

Rétablissement des liens familiaux

Parallèlement, le typhon Haiyan, a laissé des dizaines de milliers de personnes sans moyens de communication donc sans nouvelles de proches installés ailleurs dans le pays et à l’étranger et fin novembre plus de 35 000 demandes de recherches avaient été reçues par la Croix-Rouge philippine. Une équipe de rétablissement des liens familiaux (RLF) mission historique et essentielles du Mouvement Croix-Rouge Croissant-rouge a donc été déployée et pour faciliter le traitement des demandes,  un service de recherche en ligne spécifique a été activé sur le site du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) de recherche des familles familylinks.icrc.org : http://familylinks.icrc.org/yolanda-typhoon/en/Pages/Home.aspx