Quand le collège Lafayette rencontre la Croix-Rouge

Quand le collège Lafayette rencontre la Croix-Rouge
Publié le 03/07/2017

Lors de la dernière rentrée scolaire, le Collège Lafayette au Puy-en-Velay a proposé à ses élèves de s'inscrire à une « section Croix-Rouge » intégrée dans le cursus de leur « parcours citoyen », sur la base du volontariat, en lien direct avec l'équipe de l'antenne locale.

L'expérience, unique en France, a été un succès. Elle sera réitérée la prochaine rentrée et initiée sur d'autres territoires.

La section Croix-Rouge 

Emmanuel Forestier, le principal du Collège Lafayette

« Nous avons construit cette section Croix-Rouge en avançant pas à pas, au gré des idées qui ont émergé tout au long de l'année. Nos objectifs étaient de sensibiliser et d'impliquer les jeunes dans le monde de la solidarité, de donner du corps et du concret à la notion d'engagement ». Emmanuel Forestier, le principal du Collège Lafayette, à l'origine de ce projet inédit en France, dresse un bilan positif de cette année un.

L'idée de départ était de proposer aux collégiens de découvrir la Croix-Rouge française et d'apprendre à construire des actions solidaires. Cette proposition originale est née « autour de la machine à café ». Elle est le fruit des échanges entre l'équipe éducative et les bénévoles de l'antenne locale Croix-Rouge du Puy-en-Velay, venus un jour sensibiliser les élèves de 5ème aux principes et valeurs humanitaires.

A l'issue de cette animation, chaque partie a eu l'envie d'approfondir cette coopération. C'est ainsi qu'est créée la « section Croix-Rouge », option annuelle civique et citoyenne, qui allait connaître un succès incontestable. « Alors que nous partions un peu à l'aventure en lançant cette première édition, nous avons été rattrapés par l'engouement des élèves ; nous avons enregistré 72 inscriptions sur 450 collégiens ! », précise le principal. 

S'ouvrir au monde

floranne college lafayette

D'ores-et-déjà, cette année d'expérimentation a porté ses fruits et a motivé les jeunes à s'ouvrir au monde : « on dit toujours que les adolescents sont rivés sur leurs écrans, ne s'intéressent à rien. C'est faux, on a besoin que l'on nous propose des choses !, témoigne Floranne, élève de 3ème. Alors quand la section Croix-Rouge est arrivée, je n'ai pas hésité : outre les valeurs qu'on nous a inculquées, c'était une belle occasion de faire quelque chose de constructif ! ». 

Répartis en trois groupes, les élèves inscrits à la section Croix-Rouge ont ainsi suivi durant l'année scolaire une heure de cours « particulier » par semaine. Ils avaient pour consigne de s'engager sur les quatre grands volets proposés :

  • conduire un ou deux projets humanitaires ; 
  • se mettre à la disposition de la Croix-Rouge en tant que bénévoles d'un jour quatre fois dans l'année ; 
  • participer à deux cérémonies ou commémorations officielles ; 
  • et, enfin, assister aux différentes formations proposées par la Croix-Rouge. 

Plusieurs élèves de 3ème ont ainsi décroché leur PSC1. Un premier diplôme en poche, dont ils ne sont pas peu fiers ! Certains ont été plus loin, en devenant initiateurs des gestes qui sauvent auprès de leurs pairs.

Apprendre la solidarité à travers des actions

« Des dizaines de projets solidaires, plus ou moins importants, ont été préparés et organisés avec les élèves, expliquent Armelle et Michel, deux bénévoles très impliqués dans le dispositif de la section Croix-Rouge. Des visites régulières aux résidents d'un EHPAD, des actions de sensibilisation à la problématique du handicap, des après-midi aux côtés de personnes sans domicile fixe, la vente de gâteaux et d'objets divers pour financer une sortie culturelle avec des enfants défavorisés, etc.

College Lafayette puy en velay
 

« Non seulement les jeunes ont construit ces actions solidaires, mais ils les ont menées jusqu'au bout ! », complète Emmanuel Forestier, soulignant les vertus pédagogiques de la conduite de projet. Certains élèves sont même allés jusqu'à présenter leur projet au brevet des collèges. 

Une expérience à renouveler

Florence Barthélémy-Roche, professeure d'histoire.

« Je trouve que la jeunesse française regorge d'énormes ressources » déclare Florence Barthélémy-Roche, professeure d'histoire. Elle s'est investie à 100 % dans la section Croix-Rouge et ne se lasse pas d'en constater les effets bénéfiques. « J'ai de nombreux exemples de générosité et d'engagements de la part des élèves !, dit-elle. C'est d'autant plus admirable qu'ils ont pris sur leur temps libre. En outre, des jeunes peu motivés en cours 'traditionnels' se sont ici révélés investis et passionnés. C'est une vraie belle surprise ! » A l'heure où les classes se vident pour cause de grandes vacances, l'équipe encadrante réfléchit à la suite de l'aventure, car il n'est pas question pour elle de s'arrêter en si bon chemin. D'ores et déjà, l'appel à inscriptions a reçu des dizaines de réponses.

Côté Croix-Rouge également, on réfléchit déjà au renforcement du contenu de l'option Croix-Rouge, à la modélisation de ce programme dans le réseau, au renforcement des échanges avec les établissements scolaires... Et pour aller plus loin encore, à tenter d'intégrer l'option Croix-Rouge dans les programmes scolaires.

Anne-Lucie Acar