Recrudescence du choléra en Haïti

Recrudescence du choléra en Haïti
Publié le 12/10/2016

510 nouveaux cas de choléra dans le sud de Haïti.

La Croix-Rouge française renforce ses actions de prévention et de lutte contre le choléra. Les inondations provoquées par l’ouragan Matthew font craindre de nouvelles flambées de la maladie sur les zones affectées et au-delà.

C’est l’une des incidences du passage de l’ouragan Matthew sur la pointe sud-ouest d’Haïti : la reprise de l’épidémie de choléra. Les inondations provoquées par l’ouragan ont engendré la contamination des sources d’eau potable.

La situation est dramatique dans la ville de Jérémie, particulièrement dévastée, et globalement sur la pointe sud-ouest du pays. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) signale déjà 148 nouveaux cas dans le département de Grande Anse et 53 nouveaux cas dans le Sud. Mais le choléra s’étend aussi à d’autres territoires, notamment en Artibonite où 28 personnes seraient contaminées à ce jour (12 octobre 2016), selon un bilan sans doute provisoire.

L’OMS a envoyé un million de doses de vaccin anti-choléra en Haïti, ce qui confirme les craintes quant à l’apparition de nouvelles flambées de la maladie.

Le choléra, apparu en octobre 2010, soit neuf mois après le séisme, a pu être contenu mais pas éradiqué. La maladie reste endémique en Haïti. Ainsi, depuis le début de l’année,  plus de 14 000 nouveaux cas ont été recensés.

« Après le passage de l’ouragan, les risques de nouvelles flambées sont particulièrement accrus. Nous craignons que les centres de traitement étatiques ne puissent faire face seuls à l’afflux de patients, explique Marc Biver, chef de la délégation Croix-Rouge française en Haïti. » Une nouvelle course contre la montre commence donc. 

La Croix-Rouge française renforce ses actions de prévention et de lutte contre le choléra 

La Croix-Rouge française se concentre sur les zones où elle mène depuis des années – et encore plus depuis le séisme de 2010 - des projets de développement : le bas-Artibonite, d’où est partie l’épidémie en 2010 (8 700 morts), la zone métropolitaine de Port-au-Prince et les zones rurales alentours.

Nos équipes poursuivent à l’heure actuelle les évaluations des besoins et dans le même temps renforcent les moyens de lutte contre le choléra ; ils participent à la chloration et la sécurisation des points d’eau, aux investigations lorsque de nouvelles flambées sont signalées, et aux actions de prévention et de sensibilisation communautaire.  « La sensibilisation des populations et le respect de règles d’hygiène strictes sont les armes principales pour empêcher la propagation de l’épidémie », confirme Marc Biver.

Agrandir la carte

 

La Croix-Rouge française a lancé un appel à dons pour appuyer toutes ses actions dans l’Artibonite et l’Ile de la Gonâve, principalement.  

FAITES UN DON POUR SOUTENIR LES ACTIONS DE LA CROIX-ROUGE