Un Passage pour sortir de l’impasse

Un Passage pour sortir de l’impasse
Publié le 03/05/2006

Fondé en 1990 et repris par la Croix-Rouge en 2002, Le Passage, unité d’accueil et d’aide psychologique, s’adresse à un public de jeunes adultes âgés de 16 à 26 ans. Cet établissement du XXème arrondissement de Paris se situe au carrefour de la souffrance psychique et de la précarité sociale. Le Passage a un double objectif : insérer (ou réinsérer) ces personnes dans le domaine social et professionnel.
Comment remettre sur les rails un jeune en dehors du système ? C’est à cette question que les psychologues du Passage doivent apporter une réponse.

La crise des banlieues d’octobre-novembre 2005 a confirmé l’utilité de ce type de structure. Difficulté familiale, problème d’insertion professionnelle… les adolescents et jeunes adultes accueillis ici ont tous eu un départ difficile dans la vie. Quand ils frappent à la porte de l’établissement, ils sont pour la plupart à la recherche d’un emploi, en quête d’un projet professionnel ou sans domicile fixe.
Les cinq personnes présentes le jour de notre visite s’interrogent régulièrement quant à leur avenir : "Depuis que j’ai 18 ans, dit Luc, ma vie est un calvaire. Je ne sais plus quoi faire, je n’ai toujours pas de domicile". Beaucoup ont été orientés vers Le Passage par les missions locales. Avec l’établissement Croix-Rouge de Nanterre (92), La Garenne, Le Passage est un des seuls lieux en Ile-de-France qui puisse répondre à leurs attentes.

Libre adhésion

La "Libre adhésion" constitue le pilier de cette structure. Les jeunes qui fréquentent Le Passage l’ont choisi, ils ne sont jamais contraints et conviennent en concertation avec l’équipe de leur rythme de fréquentation.
La méthode du centre repose sur trois approches : thérapeutique qui se décline sous la forme de consultations individuelles, d’un suivi et d’un accompagnement du projet professionnel ; communautaire, centrée sur des rencontres entre les jeunes et gérées par un psychologue dans un lieu d’accueil convivial ; préventive, réalisée grâce à des ateliers psychopédagogiques et d’expression qui permettent au jeune de faire l’expérience d’activités en groupe et de s’exprimer via la peinture ou la rédaction d’un journal. Chacune de ces activités est encadrée par des psychologues.

Trouver leur voie

L’ensemble de ce dispositif a pour objectif de stimuler les jeunes dans leurs recherches d’emploi et leurs démarches de réinsertion. "Certains n’accrochent pas à l’idée d’aller voir un thérapeute, mais fréquemment, au bout de quelques visites, ils se dirigent spontanément vers la salle de consultation individuelle", explique Nader Aghakhani, psychologue clinicien.
En moyenne, les jeunes fréquentent la structure pendant trois ans. Certains, même après avoir trouvé un emploi, continuent de se rendre au Passage, "parce que l’ambiance y est conviviale", confirme Matthieu. Comme l’explique Mélanie Llory, psychologue clinicienne, "il n’y a pas de solution miracle. Nous aiguillons la personne pour qu’elle trouve elle-même sa voie".
Depuis sa création, plus de 1 800 jeunes ont traversé Le Passage et tous les intervenants partagent leurs réussites, mais aussi leurs échecs. "C’est une joie quand un jeune (ré)apprend à vivre en société, trouve un emploi, se reconstruit", déclare Catherine Lemonnier, la coordinatrice. Fort de la qualité d’accueil et d’accompagnement qu’il propose, l’établissement compte étendre son action et la pérenniser. Au carrefour de la thérapie et de l’insertion professionnelle, Le Passage est un lieu unique à Paris.