De l’hébergement au logement durable : il faut fluidifier les parcours et accompagner durablement les personnes

Publié le 30/01/2018

Chaque année, en période hivernale, resurgit la problématique de la mise à l’abri et du logement des personnes à la rue ou en situation d’exclusion. Certes, l’Etat annonce avoir porté à 125 000 le nombre de places d’hébergement. Pour autant l’offre demeure insuffisante et souvent inadaptée pour offrir l’accompagnement nécessaire de ces hommes et de ces femmes. A l’aube du Plan quinquennal pour le logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme 2018-2022, alors que la Fondation Abbé Pierre rend public son 23ème rapport sur le mal logement, la Croix-Rouge, présente à toutes les étapes de la prise en charge des personnes en situation de grande exclusion, insiste donc sur la nécessité de fluidifier les parcours et d’accompagner durablement les personnes. Dans ce contexte, la Croix-Rouge s’engage pour repenser l’hébergement, l’accompagnement et le logement.

L’enquête flash du mois de mars 2017 menée par la Fédération Nationale de Samu Sociaux dont la Croix-Rouge française est vice-présidente, dénombre que près de 67% des personnes rencontrées en maraudes n’ont pas sollicité le 115 pour une place d’hébergement, faute de places adaptées aux besoins des personnes, souvent découragées suites à de mauvaises expériences (absence de réponse, violence, mauvaise qualité de l’accueil etc.). Aujourd’hui, plus d’une demande d’hébergement sur deux n’est pas honorée faute de places disponibles. Le parc d’hébergement, en augmentation certes, se resserre sur d’uniques solutions de mises à l’abris, sans évoluer vers un logement pérenne et la baisse des subventions grève considérablement les moyens d’action des associations en impactant directement la qualité de l’accompagnement social, médical et psychique indispensable pour permettre à ces personnes extrêmement vulnérables de reprendre leur vie en main. 

Face à ce constat, la Croix-Rouge française a choisi de développer ses champs d’action pour mieux accompagner les personnes en situation de grande exclusion.

La Croix-Rouge française est présente à toutes les étapes d’accompagnement et de réinsertion des personnes en situation de grande exclusion sans perdre jamais son principe d’inconditionnalité de l’accueil et l’obligation de respecter la dignité des personnes :  de la veille sociale avec ses 210 équipes maraudes, ses 12 systèmes intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO) chargés sur chaque département d’informer, d’évaluer et d’orienter les personnes sans domicile. Mais également au sein de ses 122 structures d’hébergement de droit commun ou dédié (asile et médicosocial). Et ses 27 structures de logement accompagné. Elle est le témoin pleinement engagé de la réalité de la situation et de la nécessité d’accompagnement de ces personnes en situation d’extrême fragilité.

C’est avec cette priorité absolue que la Croix-Rouge française a décidé de développer des dispositifs adaptés à la réinsertion du plus grand nombre de personnes en situation d’exclusion :

  • Sur l’hébergement en hôtel par exemple : très souvent insatisfaisant car il ne répond pas aux besoins des personnes et a des conséquences néfastes (faible scolarisation des enfants, insécurité alimentaire, difficultés pour accéder à l’emploi, etc.)  la Croix-Rouge française gère depuis 2013, le pôle régional d’accompagnement des ménages hébergés à l’hôtel en Ile-de-France. Dans ce dispositif, 60 travailleurs sociaux réalisent l’accompagnement social de 3 000 familles pour leur permettre de trouver une vraie solution de sortie.
  • Avec son pôle formation, la Croix-Rouge française met en place de véritables parcours de formation pour les travailleurs sociaux afin d’étendre leurs champs de compétences et de décloisonner leurs actions ;
  • En créant Croix-Rouge habitat en 2017, avec le Groupe Arcade, dont l’objet est la production d’habitats pour les publics les plus fragiles avec pour mission de mettre en œuvre des innovations dans le domaine du logement et de l’insertion sociale.
  • En développant encore ses structures de logement accompagné et notamment ses pensions de familles, maisons relais et résidences accueil qui proposent un hébergement sans limitation de durée dans un environnement « familial » et convivial pour prendre le temps de se reconstruire.

Au-delà d’une mobilisation ponctuelle, c’est véritablement l’accompagnement social dans la durée qui permet à ces personnes en situations de très grande précarité de se reconstruire. Sans mesures d’accompagnement complémentaires, la multiplication des places d’hébergement (nuitées d’hôtel ou places d’hébergement d’urgence et maintenant celles des particuliers) ne peut malheureusement pas constituer une réponse efficace et durable, qui permettrait aux personnes de rebâtir un réel parcours de vie.

La Croix-Rouge française et la grande exclusion en 2016 :
  • 210 Samu sociaux bénévoles et/ou salariés dans 77 départements métropolitains et ultramarins.
  • Près de 9 000 bénévoles et/ou salariés engagés sur des maraudes en France
  • Plus de 36 400 maraudes
  • Près de 300 000 contacts effectués avec des personnes à la rue
La Croix-Rouge française gère :

78 dispositifs d’hébergement de droit commun, dont :

  • 1599 places d’hébergement d’urgence.
  • 888 places d’hébergement d’insertion ou de stabilisation.
  • Près de 5 740 nuitées hôtelières à l’année.

44 dispositifs dédiés aux personnes migrantes :

  • 1151 places en centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA)
  • 342 places d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile (HUDA)
  • 811 places d’hébergement d’urgence pour personnes migrantes (CHU-M)
  • 145 places en centre provisoire d’hébergement (CPH)
  • 332 places en centre d’accueil et d’orientation (CAO)
  • 2 plateformes d’accueil des demandeurs d’asile (PADA)
  • 85 places en accueil temporaires (AT-SA)
  • 165 places dans 1 permanence d’assistance et d’urgence humanitaire (PAUH)
  • 50 places d’accueil de réfugiés relocalisés
  • Environ 100 nuitées hôtelières

27 structures de logement accompagné, dont :

  • 241 logements en pension de famille / résidence accueil.
  • 71 logements en résidence sociale
  • 552 mesures d’intermédiation locative.
  • 54 mesures d’accompagnement pour favoriser l’accès et le maintien des publics dans le logement.

Des actions en faveur de l’hygiène

  • 70 000 kits hygiène ont été distribués en 2017. 
  • Création ou rénovation de points hygiène dans les unités locales et les établissements14 SIAO, dont 9 en gestion propre.
  • 78 dispositifs d’hébergement de droit commun
  • 44 dispositifs dédiés aux personnes migrantes (CADA, HUDA, CHU-M, CPH, CAO, PADA, AT-SA, PAUH)
  • 27 structures de logement accompagné