Ouragan Irma - Deux mois après, la Croix-Rouge française lance ses actions de post-urgence pour répondre à l’urgence sociale et mieux préparer aux risques les populations locales

Publié le 09/11/2017

Il y a 2 mois, les ouragans Irma, José et Maria, d’une violence extrême, ravageaient les Caraïbes et notamment Saint-Martin et Saint-Barthélemy, provoquant des dégâts considérables.
Après neuf semaines d’actions d’urgence, qui ont nécessité la mobilisation de plus de 400 équipiers, le Président de la Croix-Rouge française, Jean-Jacques ELEDJAM, se rend sur place pour lancer les actions de post-urgence. La priorité : dans un contexte de forte exposition aux catastrophes climatiques, définir avec les autorités locales un accompagnement global, prenant en compte la situation des plus précaires et dans une optique de réduction des risques sanitaires et sociaux.

Le 11 novembre prochain, le Professeur Jean-Jacques Eledjam, Président de la Croix-Rouge française, se rendra en Guadeloupe et à Saint-Martin, auprès des bénévoles et salariés de ses délégations territoriales dans les Caraïbes et des pouvoirs publics sur place, pour lancer les actions de post-urgence et de reconstruction de la Croix-Rouge française dans les territoires dévastés par l’ouragan Irma.

Des actions dans lesquelles, la Croix-Rouge s’engage à accompagner les populations les plus modestes et les plus fragiles. Car désormais, il n’est pas seulement question de fragilité environnementale mais aussi de fragilité sociale. Il n’est pas raisonnable d’envisager la résilience des populations si, en amont des catastrophes, la précarité expose une grande partie de la population.

S’il faut doter ces régions des équipements adaptés aux risques encourus, pour se préparer aux catastrophes climatiques, il est également
indispensable de restaurer une véritable organisation collective. La post-urgence doit s’attacher à l’urgence sociale, c’est-à-dire au logement, à l’éducation, aux soins, à la justice en offrant un accompagnement ciblé. Pour être efficaces et avoir du sens, toutes ces actions doivent être conçues et mises en œuvres avec les populations locales.

Avant même l’arrivée d’Irma, la Croix-Rouge française avait déclenché son dispositif de réponse aux urgences et situations d’exception. Sur le terrain, dans un contexte très difficile, elle s’est déployée pour venir en aide aux populations sinistrées. Plus de 400 de ses volontaires métropolitains sont venus prêter main forte aux 500 bénévoles actifs et salariés de Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et de Guyane. Sa « Plateforme d’Intervention Régionale Amérique Caraïbes » (PIRAC) s’est mise en alerte maximum, afin de renforcer, notamment, le soutien logistique indispensable. La Croix-Rouge française a ainsi assuré la distribution de 80 000 litres d’eau chaque jour et de produits de première nécessité pour répondre à la menace sanitaire ainsi qu’un accompagnement psychologique et social indispensable auprès de la population meurtrie. Grâce aux nombreux dons recueillis et à une mobilisation exceptionnelle de ses équipiers, la Croix-Rouge française a été en première ligne aux côtés des services de l’Etat pour agir, répondre et soutenir.

Elle va désormais s’attacher à accompagner pleinement ses délégations territoriales afin de mettre en place des actions sanitaires et sociales spécifiques et renforcer toutes les actions qui étaient déjà menées au plus près des populations les plus fragiles.

« L’impératif est de favoriser l’émergence d’une société plus solidaire et plus cohérente, sur les décombres d’ouragans dont on aimerait qu’ils aient aussi balayé les maux d’un collectif trop vulnérable ». Professeur Jean-Jacques Eledjam, Président de la Croix-Rouge française.

Pour rappel, quelques chiffres clés des actions réalisées :

  •  410 équipiers métropolitains et d’outremer mobilisés aux Antilles depuis le 6 septembre venus de plus de 67 départements. En moyenne,130 bénévoles engagés chaque jour
  • 12 réservoirs d’eau installés sur l’île, dotés de rampes de distribution d’eau sanitaire qui ont permis de fournir 80 000 litres d’eau chaque jour.
  • Plus de 11 000 personnes accueillies aux aéroports de Saint-Martin et de Pointe-à-Pitre

- Distributions de produits de première nécessité
- 3 656 kits hygiène
- 1 328 kits nettoyage
- 568 lampes solaires (permettant également de recharger les portables)
- 8 411 jerricanes
- 1 688 kits cuisine
- 1 363 kits abri et bâches
- 2 367 moustiquaires

  • 5 653 bénéficiaires vus sur les points de distribution ou au cours des maraudes allant à la rencontre des personnes isolées ou à mobilité réduite, dans les quartiers défavorisés