La libération de Paris

Publié le 06/05/2004

25 août 1944 : soixantième anniversaire de la libération de Paris

Morts en service humanitaire

© Coll Gandner / Memorial Leclerc-Musee Jean Moulin (Ville de Paris)

Ils sont nombreux ceux qui ont payé de leur vie, leur engagement et leur action pour porter secours aux blessés pendant les combats qui ont précédé la libération de la Capitale.

© Coll Gandner / Memorial Leclerc-Musee Jean Moulin (Ville de Paris)

Secouristes, infirmières de la Croix-Rouge rejoints par des volontaires et des médecins vont se donner sans compter pendant toute cette période sauvant, parfois au péril de leur vie, les combattants blessés.

© Coll Gandner / Memorial Leclerc-Musee Jean Moulin (Ville de Paris)

Des postes de secours dressés un peu partout dans Paris restent ouverts jour et nuit permettant ainsi de secourir de nombreux blessés et de les évacuer vers les hôpitaux.

Nous donnons ici une liste restreinte de ces volontaires, "morts en service humanitaire"

  • André Aignant-Jougard
    Agé de 31 ans, brancardier des équipes d'urgence de la Croix-Rouge et soldat des FFI tué le 24 août 1944 Place Cambronne au cours d'un engagement qui fit deux morts parmi les français et sept chez les allemands
  • Madeleine Brinet
    Agée de 29 ans, aide médico-sociale aux équipes d'urgence de la Croix-Rouge, tuée le 25 août 1944 à l'angle de la rue de Rivoli et de la place de la Concorde alors qu'elle se portait au secours d'un FFI blessé.
  • Pierre Chatenet et Jean Cazard
    plaque cazard
    Agés de 17 ans et 18 ans membres des équipes d'urgence de la Croix-Rouge du 10°, mortellement blessés le 19 août 1944 en tentant de porter secours à Mr Duval, conducteur d'une fourgonnette chargée d'armes destinées au groupe Résistance-police que les allemands venaient de mitrailler devant le café La Flêche-d'Or
  • Jean Caudrelier
    Agé de 41 ans, secouriste des équipes d'urgence de la Croix-Rouge du 18° arrondissement mortellement blessé par balle le 19 août 1944 en se portant au secours d'un blessé.
  • André Dhome
    Agé de 31 ans, chef de poste adjoint du 7°secteur de la défense passive de la Préfecture de police mortellement atteint le 23 août 1944 dans la soirée alors que, porteur du drapeau de la Croix-Rouge, il voulait s'occuper d'un blessé devant le 129 rue de l'Université à Paris 7°
  • Jeanine Floquet
    Agée de 19 ans, étudiante en cardiologie à la Croix-Rouge, agent de liaison des Milices patriotiques du 11° mortellement blessée le 26 août 1944 à l'angle de l'avenue Parmentier et de la place de la République par les occupants d'une voiture allemande tentant de fuir Paris par l'est
  • Lucien Gohier
    Agé de 21 ans, manutentionnaire, brancardier de la défense passive, volontaire de la Croix-Rouge du 10°, mortellement atteint le 19 août 1944 de deux balles dans les reins et d'une dans la poitrine alors qu'il tentait de ramasser des blessés place de la République
  • Jean-Claude Touche
    JC Touche
    Agé de 18 ans, pianiste de concert, secouriste volontaire à la Croix-Rouge du 8° arrondissement mortellement blessé le 25 août 1944 lors des combats de la place de la Concorde