Catastrophe au Japon : la Croix-Rouge française collecte pour la Croix-Rouge japonaise

Publié le 18/03/2011

Vendredi 11 mars 2011 à 14h46, heure locale, un séisme de magnitude 8,9, le plus fort jamais enregistré au Japon, a frappé le nord-est du pays, déclenchant ensuite un tsunami de plusieurs mètres de haut sur les côtes Pacifique. Samedi 12 mars 2011, à 15h36 , une explosion s’est produite dans la centrale nucléaire de Fukushima, située à 250 km au nord de Tokyo. Depuis vendredi, la Croix-Rouge japonaise est mobilisée pour assister les victimes d’un des plus violents séismes de l’histoire et de ses conséquences humanitaires.

Plusieurs séismes, un tsunami et la menace d'un accident nucléaire majeur : le Japon vit des heures tragiques, alors que le bilan Le bilan officiel provisoire fait état de 6 539 victimes (un nombre qui dépasse celui enregistré lors du tremblement de terre de Kobe en 1995) et de 10 259 personnes toujours portées disparues.
Par ailleurs, cinq millions de foyers restent sans électricité et un million ne sont plus approvisionnés en eau dans la zone la plus touchée. Suite à l'alerte nucléaire dans deux centrales électriques, plus de 40 000 habitants ont été évacués vers des installations publiques plus distantes, gérées par le gouvernement local.

A ce jour, la Croix-Rouge du Japon a déjà mobilisé près de 300 équipes : des équipes de réponse aux urgences et d'autres rassemblant médecins, infirmiers et auxiliaires qui sont actuellement en opération afin d’assister les rescapés de la catastrophe au moyen de cliniques mobiles, tout en s’employant à évaluer les dommages et les besoins des sinistrés.

Plus de 200.000 personnes déplacées - dont de nombreuses personnes âgées et enfants en bas âge - sur les 600.000 personnes évacuées à ce jour ont été hébergées dans des abris temporaires aménagés par la Croix-Rouge japonais. Sur place, tout manque : électricité, téléphone, nourriture, eau, couvertures, médicaments et fournitures médicales, etc.

Pour l’instant, la Croix-Rouge du Japon n’a pas sollicité l'appui du réseau international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, mais une équipe de soutien et de liaison de haut niveau mobilisée par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutient la Croix-Rouge japonaise.

En outre, l'unité de logistique pour la région Asie et Pacifique dispose de stocks de secours d’urgence prêts à être expédiés si nécessaire de Kuala Lumpur.

Afin de répondre aux personnes inquiètes du sort de leurs proches dans les zones sinistrées, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) met à disposition son service de recherche et de rétablissement des liens familiaux, sur son site Internet : www.icrc.org/familylinks
Parallèlement, depuis vendredi, une vingtaine de bénévoles de la Croix-Rouge française se relaie chaque jour à la cellule d’accueil téléphonique mise en place par le Ministère des affaires étrangères et européennes pour répondre 24h/24h aux appels des personnes qui souhaitent prendre de nouvelles d’un proche concerné pas cette catastrophe.

La Croix-Rouge française qui reste bien évidemment extrêmement attentive à la situation au Japon est plus que jamais solidaire de la Croix-Rouge japonaise.

Les dons peuvent être effectués sur le web : www.croix-rouge.fr ou par chèque à l’attention de Croix-Rouge française «Catastrophe Japon 2011» - 75 678, Paris cedex 14