Changements climatiques : 5 fois plus de risques de subir des épisodes de canicule, le constat et les propositions de la Croix-Rouge

Publié le 03/07/2019

Selon les chercheurs du World Weather Attribution (WWA) qui comprend notamment le Centre climat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le risque de subir un épisode de canicule est 5 fois plus important qu’avant, notamment en raison du réchauffement climatique.
Aujourd’hui, près d’un tiers de la population mondiale fait face à des pics de chaleurs pendant au moins 20 jours par an. D’ici 2100 cette proportion pourrait grimper à 70% de la population si rien n’est fait pour limiter le réchauffement climatique. Un thème phare abordé lors de la Conférence mondiale de la Croix-Rouge française de Cannes 2019.

Une canicule exceptionnelle et particulièrement intense pour un mois de juin a touché une partie de l'Europe la semaine dernière, en particulier la France qui a enregistré le 28 juin un record absolu depuis le début des mesures, avec 45,9°C à Gallargues-le-Montueux (Gard).

Le rapport du WWA montre que le réchauffement climatique a multiplié par cinq les risques de connaitre une telle situation : "chaque vague de chaleur qui se produit actuellement en Europe est rendue plus probable et plus intense par le changement climatique induit par l'homme"

« Une température de 40 degrés Celsius n'importe où en France - particulièrement en juin - est un choc, et ce que cette étude souligne, c'est que nous ne devons pas baisser notre garde contre cet impact climatique" a déclaré Maarten van Aalst, Directeur du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
 

L’impact sur la santé

Au niveau médical, les conséquences des vagues de chaleur sur la santé sont multiples et frappent d’abord les plus vulnérables. En affaiblissant les organismes elles provoquent des maladies et en aggravent certaines (insuffisances cardio-vasculaires, insolations, déshydratations, maladies rénales, etc.). Les urbains sont particulièrement exposés à cause des « effets d’ilots de chaleur urbaine » conduisant à des températures plus élevées que dans les campagnes. Les risques sont encore supérieurs pour les personnes les plus âgées, les enfants, les personnes atteintes de maladies chroniques, qui travaillent à l’extérieur, qui habitent dans des logements précaires et manquent d’accès aux infrastructures et services de base.
Chaque degré supplémentaire entraîne une augmentation du nombre de morts de 2% à 5%.

Les propositions de la Croix-Rouge

Comme le souligne Jean-Christophe Combe, Directeur Général de la Croix-Rouge française : « nous devons adapter nos systèmes de santé et renforcer le lien social pour faire face aux conséquences des changements climatiques ».

Ce thème a notamment été abordé lors de la Conférence mondiale sur la santé et le changement climatique organisée à Cannes en avril par la Croix-Rouge française. Cet évènement a rassemblé plus de 70 pays pour travailler sur les solutions concrètes afin d’aider les populations à faire face à ces effets, à s’adapter et à renforcer leur résilience.

Plusieurs propositions ont été avancées à l’occasion de l’atelier portant sur l'adaptation aux vagues de chaleur dans les zones urbaines, par exemple  :

  • mettre en place un système d’alerte précoce permettant à la population de se préparer aux vagues de chaleur à venir,
  • développer la prévention et la sensibilisation du grand public et plus particulièrement des plus vulnérables (personnes âgées, jeunes enfants, etc.), en s’appuyant sur les familles, les personnels de  santé, les communautés et les associations, aux côté des autorités publiques locales et nationales,
  • revégétaliser les villes pour lutter contre ces pics de chaleurs (l’ombre diminue l’effet de canicule et la végétation purifie l’air),
  • mettre en place des dispositifs de rafraîchissement à destination des populations urbaines (diffuseurs d’eau en spray installés sur la voie publique, installation de tentes réfrigérée, etc.)

Ces quelques propositions peuvent paraître évidentes dans un pays comme la France, qui commence à les mettre en œuvre, mais elles sont loin d’être développées dans la majorité des pays du monde dont les populations sont particulièrement exposées.

Les acteurs du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge interviennent dans 191 pays dans le monde notamment pour aider les populations à faire face aux effets des changements climatiques sur la santé. Ses 13 millions de volontaires sont en première ligne pour renforcer la résilience des populations en lui donnant les moyens de s’adapter pour faire face au plus grand défi de santé publique du XXIème siècle.