La Croix-Rouge distribue des repas préparés dans les cuisines du Parlement européen

Publié le 05/06/2020

Depuis le 29 avril et jusqu’au 31 juillet, la Croix-Rouge française s’est associée au Parlement européen et à la Préfecture du Bas-Rhin pour une opération de solidarité inédite. L’institution ayant mis son activité sur pause en raison de l’épidémie de Covid-19, elle a proposé de cuisiner chaque jour 500 repas, distribués par les bénévoles de la Croix-Rouge à des personnes en situation de précarité.


« 500 repas par jour du lundi au vendredi. Soit 2500 repas par semaine. Cela nécessite une certaine organisation ! » Emmanuel Baroux, responsable de Croix-Rouge chez vous pour le Bas-Rhin et co-référent de l’opération menée avec le Parlement européen durant la crise du Covid-19, est en première ligne pour la logistique de cette opération inédite, dont la mécanique est désormais bien huilée. Il faut dire que celle-ci a démarré le 29 avril, au milieu du confinement. « Le Parlement européen nous a contactés pour savoir si nous serions d’accord pour livrer les repas préparés dans ses cuisines à des familles en difficulté, précise-t-il. Si la distribution alimentaire n’est pas le métier premier de la Croix-Rouge française, nous avons accepté volontiers, tant cette proposition nous paraissait pertinente. » En attendant la reprise des sessions plénières à Strasbourg, ces actions de solidarité sont bienvenues. D’ailleurs, outre la préparation des repas, le Parlement européen accueille depuis le 11 mai un centre de dépistage du Covid-19.


90 cartons quotidiens

Chaque jour de la semaine, les volontaires de la Croix-Rouge sont donc mobilisés pour livrer les 500 repas – entrée, plat, dessert –, préparés avec finesse dans les cuisines du Parlement européen. « Produits locaux, de bonne qualité, présentation soignée… Ce n’est pas parce que ce sont des repas solidaires qu’ils sont faits à la va-vite ! », se félicite Emmanuel Baroux, avant d’évoquer l’organisation des livraisons. « Cela représente 90 cartons quotidiens, ajoute-t-il. Une fois que nous les avons récupérés au Parlement européen, après avoir franchi les étapes de la sécurité, nous partons au volant de deux camionnettes pour nous rendre aux différents points de distribution, qui changent d’un jour à l’autre pour que nous puissions toucher le plus de monde possible. » Plusieurs catégories de personnes sont ainsi destinataires : des familles identifiées par les centres sociaux, la CAF ou les bailleurs sociaux, des foyers de jeunes travailleurs et des associations pour les étudiants en difficulté par exemple.


Retours positifs

A chaque fois, ils reçoivent deux repas par personne, afin d’avoir un petit peu de « marge ». Quant aux retours sur cette action, ils sont la plupart du temps très positifs. « Les bénéficiaires apprécient ce coup de pouce, non négligeable dans un quotidien souvent difficile », complète Emmanuel Baroux. Les retours sont également positifs du côté des bénévoles de l’association engagés dans cette opération : bien sûr, le planning était un peu plus facile à remplir durant le confinement strict, réduction de l’activité professionnelle oblige, mais l’équipe associe désormais les bénévoles occasionnels qui le souhaitent, tout en les sensibilisant sur les multiples facettes de l’action sociale.