Montage d’un centre de traitement de choléra

Vue du camp de traitement du choléra de la Croix-Rouge française à Mongo au Tchad
Publié le 30/09/2011

Le matériel est arrivé : quasiment 20 tonnes déposées au milieu d’un terrain vague à Mongo au Tchad. Le défi consiste à monter dans les plus brefs délais un centre de traitement du choléra autonome en eau et électricité et pouvant accueillir jusqu’à 65 patients en hospitalisation.

Pari réussi ! Les 6 équipiers ERU (Equipe de Réponse aux Urgence - Emergency Response Unit) franco-canadiens avec l’aide précieuse d’une trentaine de volontaires de la Croix-Rouge du Tchad auront monté le camp de traitement du choléra dans un temps record. Tous les volontaires partagent une partition commune, le plan final du camp qui a été convenu ensemble.

art-camp-large-1


En fonction de leurs domaines de compétences, chaque membre ERU s’entoure d’une équipe et prend en charge une partie du chantier.

Le montage est aussi un temps de formation entre les équipiers ERU et les volontaires Croix-Rouge du Tchad. Un chef d’orchestre est nécessaire, il s’agira de Bob, technicien médical canadien, habitué aux déploiements d’urgence, il a monté dernièrement un centre de traitement de choléra en Haïti.

art-camp-large-3


Du lever du jour à la tombée de la nuit, c'est en 30 heures d'un travail acharné et sous une chaleur accablante que nos volontaires auront relevé le défi.

art-camp-large-4


Tout le monde s’active, c’est l’effervescence aux quatre coins du camp : creusement de fosses et de tranchées, montage de tentes, de barrières et de réservoirs d’eau.

art-camp-large-5


Les éléments en place, il faut ensuite raccorder eau et électricité, faire les tests électrique et sanitaire qui s'imposent... Puis vient le temps des finitions, du rangement de la pharmacie, de la préparation des salles de soin, du nettoyage du camp...

art-camp-large-6


Malgré quelques difficultés et blessures, le camp sort de terre. Alors que les travailleurs harassés s’octroient enfin un temps de repos, l’équipe médicale s’est déjà mise en place et accueille les premiers patients.

La mission proprement dite peut commencer.

Julie Garlenq, déléguée information au Tchad pour la Croix-Rouge française - FIRC