Un an après le séisme

Publié le 05/10/2005

Un an après le séisme au Pakistan, la Croix-Rouge française poursuit son action

Au lendemain du tremblement de terre qui a frappé le Pakistan le 8 octobre 2005, la Croix-Rouge française est immédiatement venue en aide à la population, en renfort du Croissant-Rouge pakistanais. Elle est engagée depuis, dans des programmes de santé et de reconstruction dans le district de Battagram de la NWFP (Province-frontière du Nord-Ouest).


Installées et gérées par la Croix-Rouge française, des cliniques mobiles soutiennent les dispensaires déjà existants. Les médecins, infirmières, éducateurs à la santé et nutritionnistes qui composent ces cliniques mobiles forment le personnel médical local, seule présence sanitaire permanente dans les villages. A ce jour, 31 000 consultations ont été effectuées.


Par ailleurs, des séances de sensibilisation en matière d’hygiène, de vaccination et de contraception sont menées lors de ces consultations et des programmes d’information sont également mis en place dans les écoles. Cette action touche une population de 84 000 personnes.
Plus particulièrement touché par le séisme, le district de Battagram a connu un niveau de destruction très élevé (60 %). Aujourd’hui, plus de 3000 maisons restent à reconstruire ou sont en cours de reconstruction dans la zone d’intervention de la Croix-Rouge française.


Après avoir fourni des abris temporaires pour les plus démunis, la Croix-Rouge française, en partenariat avec l’ONG Architecture et Développement, a déployé un programme de formation à la reconstruction. Une dizaine de conseillers techniques forment aujourd’hui les artisans et les bénéficiaires (auto-constructeurs pour la plupart) aux méthodes de construction parasismique respectant les techniques locales. 60 à 70 villages sont concernés par ce programme (environ 30 000 personnes).


Sous l’égide de la Croix-Rouge française, un centre d’information sur les techniques de reconstruction a été installé dans la ville de Battagram.


Un an après le séisme au Pakistan et face à l’ampleur des besoins et à l’approche de l’hiver, la Croix-Rouge française s’alarme du manque de fonds pour poursuivre les programmes de reconstruction. C’est pourquoi l’association, au nom du Croissant-Rouge pakistanais et en appui de l’appel de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, continue de solliciter les donateurs.

 

« Le travail de relèvement est plus complexe et plus difficile que les opérations de secours d’urgence. Il est vital que cette phase soit menée à bien si nous voulons tirer tout le profit des efforts déjà consentis et faire en sorte que les communautés vulnérables soient en mesure de mieux résister aux catastrophes futures », Khalid Kibriya, secrétaire général du Croissant-Rouge Pakistanais.


Envoyez vos dons à :