Traversées de la Manche : la Croix-Rouge française et la Croix-Rouge britannique appellent à une plus grande collaboration internationale pour protéger les personnes sur le chemin de l’exil

Publié le 20/06/2021

Traversées de la Manche : la Croix-Rouge française et la Croix-Rouge britannique appellent à une plus grande collaboration internationale pour protéger les personnes sur le chemin de l’exil

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, la Croix-Rouge française et la Croix-Rouge britannique s’unissent pour appeler à davantage de compréhension et de compassion à l’égard des réfugiés. Les deux organisations souhaitent rappeler les périples désespérés qu’entreprennent souvent les personnes cherchant à se mettre à l’abri au Royaume-Uni. Elles appellent conjointement les gouvernements à collaborer afin d’assurer aux personnes l’accès à une protection et la prise en charge de leurs besoins humanitaires, indépendamment de l’itinéraire qu’elles ont emprunté.

Les Croix-Rouge française et britannique, qui viennent quotidiennement en aide aux réfugiés et aux demandeurs d’asile à la frontière franco-britannique, considèrent que les voyages périlleux et désespérés que doivent entreprendre femmes, enfants et familles après avoir été forcés de fuir leur pays d’origine sont très méconnus.

D’après des entretiens sur le terrain[1] menés par la Croix-Rouge française auprès de plus de 80 personnes vivant dans des camps de fortune aux environs de Calais et de Dunkerque, en moyenne, ceux-ci avaient dû quitter leur domicile depuis plus de quatre ans (49 mois).

D’après cette enquête, la quasi-totalité des personnes interrogées ont fui des pays reconnus comme étant en proie aux conflits. Elles ont indiqué vivre sur place depuis deux à six mois et avoir eu du mal, pendant cette période, à satisfaire leurs besoins essentiels, notamment en matière de nourriture, d’hygiène, d’eau potable et d’abri.

Ce constat est partagé par les populations vivant de part et d’autre de la Manche comme en témoigne un sondage réalisé par Opinion Way pour la Croix-Rouge française*. 55% des répondants du côté français et 48% du côté britannique considèrent que la situation s’est dégradée au cours des dernières années, et que cette dynamique pourrait s’amplifier dans le Calaisis et le Dunkerquois avec le Brexit (pour la moitié des répondants français). Pour cette raison, les riverains perçoivent la question migratoire comme l’un des 5 enjeux prioritaires auxquels leur territoire est confronté. Ils sont particulièrement heurtés par la détresse des enfants contraints de survivre dans des conditions inhumaines, les victimes de traite et les personnes décédées en mer.

--

[1] Cette enquête a été menée en juin 2020 à Calais et à Grande-Synthe par 2 équipes de 4 bénévoles et interprètes de la Croix-Rouge française, spécifiquement formées à l'administration des questionnaires, pendant 2 semaines. Les entretiens ont duré en moyenne entre 45 minutes et 1 heure. Ils ont été menés en tête-à-tête, à proximité du lieu de vie des migrants.

* Sondage OpinionWay pour la Croix-Rouge française de janvier 2021 (503 personnes interrogées sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais et 501 personnes dans le Kent, le West Sussex et l'East Sussex pour l'étude quantitative et 503 personnes sur l'ensemble de ces territoires pour l'étude qualitative)

 --

Cet appel de la Croix-Rouge française et de la Croix-Rouge britannique est lancé alors que le Gouvernement britannique a fait part de son intention de procéder à une réforme du système national d’asile. Ces nouvelles mesures comprennent la mise en place de centres d’accueil et de visas de protection temporaire pour les personnes demandant l’asile après avoir traversé des pays tel que la France. Selon la Croix-Rouge britannique, ces modifications vont créer un système à deux vitesses, dans le cadre duquel le dossier d’une personne et l’aide dont elle bénéficie seront évalués à l’aune des moyens par lesquels elle est entrée sur le territoire, et non de son besoin de protection.

La Croix-Rouge britannique se dit préoccupée par cette réforme. Selon les deux organisations, il faudrait plutôt sécuriser les voies permettant de demander l’asile au Royaume-Uni renforcer l’aide humanitaire aux personnes qui ont été déplacées et vivent dans des camps de fortune. Cet accompagnement doit inclure une prise en charge psychosociale, l’accès aux soins, l’accès à l’information, la fourniture de vêtements et la possibilité de passer des appels téléphoniques. 

Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge française : « Nous sommes unis dans cette démarche avec nos homologues de la Croix-Rouge britannique, avec qui nous partageons le même principe d’humanité. Nul ne devrait être forcé d’entreprendre un périple dangereux ou de voir son dossier d’asile jugé à l’aune de la façon dont il est entré sur le territoire. »

Mike Adamson, président de la Croix-Rouge britannique, déclare : « Les demandeurs d’asile ont subi les pires horreurs imaginables, et leur quête de sécurité est souvent longue et ardue. Nombre d’entre eux passent des années à être déplacés dans leur propre pays, avant d’embarquer vers d’autres latitudes pour se mettre à l’abri. Souvent, ils sont obligés de continuer à se déplacer, en raison de violences, de la surpopulation dans les camps de réfugiés et de l’impossibilité d’accéder aux dispositifs d’asile. »

« Pour que le projet de “Global Britain” soit réellement un moteur au service du bien, nous devons montrer l’exemple. Cela signifie modifier notre dispositif d’asile pour privilégier une approche plus solidaire envers les personnes qui se réfugient ici, et chercher hors de nos frontières des moyens de faire évoluer la situation de manière pérenne. À l’heure où 1 % de la population mondiale a dû quitter son domicile pour chercher sécurité et protection, les véritables solutions ne peuvent reposer que sur la coopération entre pays. »

« Nous sommes très inquiets de la proposition actuelle du Gouvernement, qui aboutirait à la création d’un système à deux vitesses, dans le cadre duquel le dossier d’une personne et l’aide dont elle bénéficie seront évalués à l’aune des moyens par lesquels elle est entrée sur le territoire, et non des dangers auxquels elle est confrontée. » 

 

À propos de la Croix-Rouge britannique

La Croix-Rouge britannique est la principale organisation venant en aide aux réfugiés et aux demandeurs d’asile au Royaume-Uni. L’an dernier, elle a accompagné près de 30 000 personnes à différents stades de la procédure d’asile.

Depuis plus de 150 ans, la Croix-Rouge britannique aide les personnes en crise, quelles qu’elles soient et où qu’elles se trouvent. Elle fait partie d’un réseau mondial bénévole, qui intervient en cas de conflits, de catastrophes naturelles et de situations d’urgence individuelles. La Croix-Rouge britannique aide les personnes vulnérables au Royaume-Uni et à l’étranger à se préparer et à faire face localement aux situations d’urgence. Une fois la crise passée, elle les aide à se relever et à reprendre le cours de leur vie. www.redcross.org.uk

A propos de la Croix-Rouge française

Créée le 25 mai 1864, la Croix-Rouge française est une association de loi 1901 ouverte à tous, sans distinction.

Elle fonde son action sur l’engagement de ses 66 000 bénévoles répartis au sein de plus de 1 100 implantations locales qui couvrent l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin. Elle est aussi une véritable plateforme d’innovation sociale et un acteur de l’économie sociale et solidaire de services à but non lucratif qui repose sur des missions historiques dans les secteurs de la santé, de l’aide sociale et de la formation. À ce titre, la Croix-Rouge française gère 481 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux, ainsi que 12 instituts régionaux de formation sanitaire et sociale. Elle emploie plus de 16 000 salariés qui mettent leur professionnalisme au service de tous et plus particulièrement des plus fragiles.

En 2019, plus de 86 000 victimes ont été́ secourues et plus de 166 000 citoyens ont été́ initiés ou formés aux gestes qui sauvent ; plus de 70 000 actions ont été menées au titre de l’aide et l’accompagnement social ; 4 250 000 personnes ont été́ aidées à l’international; 17 000 étudiants ont bénéficié́ d’une formation sanitaire et sociale…

En savoir plus : www.croix-rouge.fr  

Suivez-nous sur : twitter.com/CroixRouge et sur Facebook