Le Mozambique ravagé par le Cyclone Idai : la Croix-Rouge française se mobilise sur place et lance un appel à dons

Publié le 20/03/2019

Dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 mars 2019, le cyclone Idai frappait l’Afrique Australe et notamment le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi. Un bilan très provisoire fait état de plusieurs centaines de morts et centaines de milliers de personnes qui se retrouvent dans une situation humanitaire et sanitaire catastrophique. La Croix-Rouge française, avec l’ensemble du Mouvement Croix-Rouge et Croissant-Rouge est d’ores et déjà mobilisée au Mozambique, pays le plus sévèrement touché, et lance à un appel à dons.

C’est le Mozambique, l’un des pays les plus pauvres au monde, déjà frappé par des inondations meurtrières en février et mars 2000, qui a été le plus touché laissant présager la pire crise humanitaire de l'histoire récente du pays. De vastes zones à l'ouest de la ville de Beira, qui aurait été détruite à 90%, ont été gravement inondées et dans certaines zones proches des rivières Buzi et Pungwe, les crues atteignent plusieurs mètres, recouvrant complètement les maisons, les poteaux téléphoniques et les arbres.

Plus de 200 volontaires de la Croix-Rouge du Mozambique sont mobilisés sur le terrain depuis plusieurs jours, avant même l’arrivée du cyclone, pour assister les populations affectées, appuyés par une équipe de spécialistes de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Un premier fonds de secours a été alloué en donnant la priorité au logement, à l’accès à l'eau potable et à l'assainissement et les équipes de la Croix-Rouge de Beira ont commencé à distribuer hier des abris aux familles touchées à Beira.

La Croix-Rouge française, avec la contribution du Centre De Crise et de Soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (CDCS), expédie demain 3 000 kits de reconstruction de l’habitat et 6 000 bâches, depuis sa plateforme d'intervention régionale de l'Océan Indien (PIROI, basée à l’Île de La Réunion). Cette contribution d'urgence du CDCS s'inscrit dans le cadre de la convention de partenariat, signée en septembre 2018 entre la Croix-Rouge française et le Centre de crise et de soutien, portant sur la mise à disposition au CDCS d'une partie des stocks régionaux de la Croix-Rouge française pour les réponses d'urgence.

Ce premier envoi de près de 60 tonnes de matériel humanitaire pourrait être complété par d’autres actions en fonction des résultats des évaluations de terrain attendues dans les prochains jours. La Croix-Rouge française étudie également, en lien avec la FICR, l’éventualité d’un déploiement d’Equipes de réponse aux urgences (ERU).

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est également présent dans la zone touchée et a lancé ses activités de rétablissement des liens familiaux afin d'aider les familles séparées par le cyclone à se reconnecter ou à enregistrer leurs disparus.

L'ampleur de cette catastrophe humanitaire causée par le cyclone tropical Idai pourrait mettre des jours à se préciser et à l’urgence va  succéder de longues actions de reconstruction matérielle et sanitaire pour des milliers de familles qui ont tout perdu. La Croix-Rouge française a besoin de la générosité de tous pour mettre en œuvre ses actions dans la durée.

Les dons peuvent être effectués sur le web : www.croix-rouge.fr
ou par chèque à l’attention de Croix-Rouge française «URGENCE AFRIQUE AUSTRALE» - 75 678, Paris cedex 14

Cette actualité dramatique nous rappelle l’importance de renforcer l’investissement et l’innovation en matière de réponses à l’urgence, de réduction des risques de catastrophes et d’adaptation aux conséquences des changements climatiques. Ces sujets seront au cœur  de la conférence mondiale « Santé et changements climatiques : soigner une humanité à +2°C » qui sera organisée les 15 & 16 avril prochains à Cannes par la Croix-Rouge française.

En effet, cette année, la saison des cyclones a été active dans l'océan Indien, avec déjà sept cyclones intenses, contre une moyenne habituelle de trois.
S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions précises sur le cyclone Idai, les experts s’accordent à dire que le réchauffement du climat augmentera à l’avenir la puissance destructrice de telles tempêtes - dommages aux écoles et aux installations sanitaires, destruction et interruption de l'approvisionnement en eau, risque accru de maladies hydriques dues aux dégâts aux installations sanitaires et à la prévalence des eaux non potables, dommages aux cultures qui compromettront la sécurité alimentaire et la nutrition, etc. - entraînant une augmentation des taux de mortalité et de morbidité, notamment pour les plus vulnérables.

Plus d’informations sur cette conférence : worldconference.croix-rouge.fr