Journée mondiale des premiers secours – 9 septembre 2017 Les accidents de la vie courante font plus de victimes que les attaques de requins ou les accidents d’avion. Formons-nous aux gestes qui sauvent !

Publié le 04/09/2017

Le lancement national aura lieu à Nantes

Rendez-vous le 9 septembre à 10h00 - Place de Bretagne

On en parle beaucoup moins, mais la probabilité d’être confronté à un accident de la vie courante est bien plus forte qu’à une attaque de requin ou un crash aérien. En effet, si le domicile est souvent perçu comme un lieu sécurisé, c’est malheureusement là où se produisent 80% des accidents. Chaque citoyen peut ainsi être confronté à une situation d’urgence. Et première victime potentielle, il en est aussi le premier témoin et donc le premier à pouvoir intervenir en attendant l’arrivée des secours.

Chocs électriques, brûlures, intoxication, étouffement, noyade, perte de conscience, arrêt cardiaque, chutes… sont autant de risques auxquels sont confrontés tous les groupes d’âge dans leur vie quotidienne et qui représentent notamment la principale cause de mortalité infantile dans les pays à haut revenu.

Des accidents qui pourraient être évités et qui sont le résultat d’un manque de prise de conscience des facteurs de risque et de maitrise des gestes qui sauvent. Par exemple, l’enquête exclusive Ifop réalisée en mai 2017 pour la Croix-Rouge française est révélatrice de ces lacunes : 62% des français ne savent pas réagir face à un enfant qui vient d’avaler du liquide vaisselle et 61% n’ont pas le réflexe immédiat de pratiquer un massage cardiaque face à une personne inconsciente qui ne respire plus.

Et pourtant, une personne meurt d’un accident cardiaque toutes les dix minutes en France. Un ménage sur deux a été, ou sera touché dans l’année, par un accident domestique. Une personne sur deux dans le monde risque d’être affectée au moins une fois dans sa vie par une catastrophe naturelle. Arrêts cardiaques, accidents domestiques, situations d’exception, catastrophes naturelles : la meilleure chance de survie d’une victime c’est la personne qui se trouve à ses côtés lorsque survient l’évènement. L’apprentissage des gestes de premiers secours est à la portée de tous, même des plus jeunes, pour acquérir très tôt les bons réflexes.

Il faudrait qu’une personne par foyer soit formée aux gestes qui sauvent.

Depuis 2008, la Croix-Rouge française, premier opérateur pour la formation aux gestes qui sauvent, s’est lancé un défi : responsabiliser les citoyens afin que chacun puisse passer du statut de victime potentielle à celui d’acteur responsable de sa propre sécurité et de celle de ses proches.

Face à une situation d’urgence, chacun peut agir ! Il est essentiel de faire prendre conscience du rôle primordial des citoyens dans la chaîne de secours afin d’augmenter les chances de survie du plus grand nombre. Et il n’y a pas d’âge pour pouvoir sauver des vies !

Rendez-vous partout en France le 9 septembre prochain.

Aux traditionnelles initiations aux gestes qui sauvent, pour petits et grands, initiations aux urgences cardiaques et initiations à la réduction des risques, un module spécifique sera proposé : la Prévention des accidents de la vie courante (PREVIC). D’une durée de 45 minutes, il est destiné à faire prendre conscience, dès 10 ans, de la vulnérabilité de chacun face aux risques d'accidents de la vie courante et de sensibiliser à la prévention.

 

 

Pour le lancement à Nantes, merci de bien vouloir vous accréditer auprès

du service de presse (06 40 56 62 21)