Accompagner les personnes migrantes

Accompagner les personnes migrantes
Publié le 01/02/2019

Témoignage de Florent Clouet, responsable de la coordination de l'accompagnement des personnes migrantes à la Croix-Rouge française.

La véritable force de la Croix-Rouge et du mouvement dans lequel la Croix-Rouge française est intégrée est de pouvoir intervenir tout au long du parcours migratoire à la fois dans les pays de départ, dans les pays de transit et dans les pays d’accueil des personnes migrantes. Elle va mener des actions dans ces différents pays selon différentes modalités, plutôt des actions de prévention dans les pays de départ, des actions qui visent plutôt au répit et au soutien psycho-social des personnes migrantes en transit dans les pays où elles vont transiter et enfin, à la fois des actions de réponse à l’urgence et d’accompagnement sur le long terme dans les pays d’accueil.

Il y a un certain nombre de personnes vulnérables qui ont des besoins particuliers. La Croix-Rouge française va développer des activités pour répondre précisément à ces besoins particuliers des personnes. C’est le cas notamment des personnes migrantes qui vivent parfois dans des environnements assez éloignés de leur territoire d’origine, qui ont pu rompre au cours de leur parcours de l’exil les contacts avec leur famille et qui ne maîtrisent pas nécessairement la langue du pays d’accueil dans lequel elle se trouve.

La Croix-Rouge française développe un certain nombre d’activités au travers de ses bénévoles pour répondre aux besoins particuliers des personnes migrantes. C’est le cas notamment des cours de français langue étrangère. C’est également le cas des activités de rétablissement des liens familiaux à destination des personnes migrantes qui ont pu perdre le contact avec leurs proches au cours de leur parcours de l’exil. C’est le cas aussi de la mission des administrateurs Ad hoc par laquelle la Croix-Rouge française va proposer aux mineurs non-accompagnés un représentant légal qui va les accompagner et les soutenir durant leur démarche d’asile. Au-delà de ces activités à destination des personnes migrantes, la Croix-Rouge française va également construire des activités à destination du grand public notamment en proposant des modules de sensibilisation et de déconstruction des préjugés.  

Au-delà de ces activités bénévoles, la Croix-Rouge française va gérer un certain nombre de dispositifs via ses établissements pour l’accueil et l’intégration des demandeurs d’asile et des réfugiés. Elle gère actuellement 48 dispositifs qui permettent d’accueillir 4300 personnes dans le cadre de ses établissements qui vont proposer à la fois de l’hébergement mais également un accompagnement social, une orientation vers les différents dispositifs de droit commun qui existent et va favoriser l’accès au droit des personnes migrantes.

La Croix-Rouge intervient également auprès des personnes migrantes au sein de campements informels qui peuvent se former soit dans les villes, soit à l’extérieur des villes. Face aux besoins et à l’urgence elle a développé un dispositif mobile de soutien aux exilés dans les hauts de France, particulièrement à Calais et à Grande-Synthe, par lequel elle propose à la fois des consultations infirmières mais également des activités de maintien et de rétablissement de liens familiaux aux exilés qui vivent dans ces campements.

En matière d’insertion sociale et professionnelle des réfugiés, la Croix-Rouge française développe des programmes qui visent un accompagnement global et individuel des personnes. En fait, l’objectif de la Croix-Rouge est d’intervenir sur l’ensemble des leviers permettant aux réfugiés de s’intégrer durablement au sein de la société française. Elle a développé plusieurs programmes, dont un programme qui s’appelle ESIRAS, financé par l’Union Européenne, et qui propose à la fois de la formation très qualifiante, des cours de français langue étrangère, des périodes d’immersion en entreprise, des stages, des activités socio-culturel, pour avoir cet accompagnement global des différents réfugiés qui participent à ce programme.  Elle gère également un centre provisoire d’hébergement à destination des réfugiés qui propose aussi cet accompagnement global et individuel et travaille actuellement au développement de nouveaux projets dans 6 régions, pour favoriser cette insertion socio-professionnel des réfugiés.