Notre actualité

Une épicerie sociale pour boucler des fins de mois difficiles

Portrait

Une épicerie sociale pour boucler des fins de mois difficiles

Isabelle n’est pas une habituée des lieux et elle ne tient pas à l’être. Elle explique qu’elle a élevé seule ses enfants, qu’elle s’est toujours débrouillée pour qu’ils ne manquent de rien, qu’elle a été secrétaire médicale avant de se faire licencier après une reconversion. Depuis, elle est toujours sur le fil mais elle tient bon. Elle continue de chercher un emploi, bien que sans illusions, parce qu’à son âge… 

Sans cette distribution, je ne mangerais pas à ma faim.

Brève

Sans cette distribution, je ne mangerais pas à ma faim.

Deux fois par mois, une équipe de bénévoles se rend sur différents campus de Tours (Indre-et-Loire) pour distribuer de la nourriture et des produits d’hygiène à des étudiants. Un dispositif mis en place au début du confinement, dont le nombre de bénéficiaires ne fait qu’augmenter.

Vidéo

Sensibiliser les jeunes au Droit international humanitaire

Parce qu'il est indispensable d'éduquer dès leur plus jeune âge les enfants, souvent exposés aux images de la guerre sans vraiment les comprendre. Ensemble, ne généralisons pas la violence extrême dans les conflits armés et rappelons que même la guerre a des limites !

Retour sur les deux ans de la crise liée à l’explosion de Beyrouth

Dossier

Retour sur les deux ans de la crise liée à l’explosion de Beyrouth

Le 4 août 2020, une double explosion dans le port de Beyrouth tue 200 personnes, blesse 6 000 personnes et détruit une partie importante de la capitale. Plus de 80 000 familles ont subi des pertes et des dommages importants à leurs maisons, 300 000 personnes ont été déplacés et des infrastructures clés dans le port et dans la proche périphérie d'un rayon de 20 km ont été touchées.

Aider la Moldavie et la Roumanie à mieux se préparer aux crises

Interview

Aider la Moldavie et la Roumanie à mieux se préparer aux crises

Du 24 au 28 juillet, Philippe Da Costa s’est rendu en Moldavie et en Roumanie, où nous avons ouvert deux délégations. Nous nous engageons, à travers des accords de coopération sur cinq ans, à soutenir ces pays frontaliers de l’Ukraine, particulièrement impactés par le conflit. Objectif : aider les Croix-Rouge roumaine et moldave à faire face aux besoins actuels, mais aussi à mieux se préparer à de futures crises. C’est cela aussi le devoir de solidarité au sein du Mouvement.