Confinés et solidaires Confinés et solidaires

Confinés et solidaires Confinés et solidaires

Confinés et solidaires : un confinement sans violences

Publié le 17/04/2020

Le confinement peut nous rendre impatients, anxieux voire violents. N’hésitons pas à contacter le 08 019 019 11 : n° vert d’écoute et de conseils si on a peur de céder à la violence, et le 3919 ou le 119 pour signaler des violences intrafamiliales.


SENS DE L’ACTION PROPOSÉE

Depuis le début du confinement, les signalements pour violences conjugales et intrafamiliales ont augmenté de 35%. On ne parle que des signalements.

Victime ou témoin, nous devons faire cesser ces violences. Il existe pour cela un ensemble de services couvrant aussi bien la prévention, l’alerte et la mise à l’abri des victimes.


COMMENT METTRE EN ŒUVRE ?

Prévention: Si vous ressentez ou pensez qu’un voisin ou une voisine est en détresse psychologique et est sur le point de passer à l’acte et de commettre des violences vis-à-vis de son conjoint ou de ses enfants :

  • Indiquer la ligne 08 019 019 11, ouverte du lundi au dimanche, de 9h à 19h consacrée à écouter et accompagner les personnes qui ont peur de commettre des violences
  • Utiliser la ligne 0805 827 827 mise en place par le Défenseur des Droits pour aider les parents durant le confinement

Signalement et alerte : Si vous estimez nécessaire de signaler des violences dans votre voisinage, ou si vous souhaitez signaler des violences à votre encontre ou celle de vos proches, vous pouvez 

  • Signaler par SMS au 114 : depuis le 1er avril, ce numéro d'alerte par SMS a été mis en place par le ministère de l'Intérieur pour signaler les violences lorsque l'on ne peut pas sortir de chez soi, ni faire de bruit. Les sourds et malentendants peuvent également s'en servir.
  • Appeler le 17 : numéro d'urgence pour joindre la gendarmerie ou la police
  • Appeler le 18, le 15 ou le 112 pour toute urgence vitale
  • Appeler le 119 : numéro spécial pour les enfants en danger dans le cadre des violences intrafamiliales. Vous pouvez également consulter le site allo 119
  • Appeler le 3919 : numéro d’écoute et de conseil pour les personnes victimes ou les personnes témoins de violence conjugales (il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence !)
  • Visiter le site du gouvernement pour un signalement en ligne
  • Télécharger l’application App-Elles pour vous signaler
  • Vous signaler auprès de votre pharmacien en demandant un « Masque 19 » au guichet

Une fois le signalement fait, pour vous mettre à l’abri ou aider une personne à être hébergée en urgence, vous pouvez :

  • Appeler le 115 : pour être hébergé.e en urgence

POUR ENTRER EN CONTACT AVEC UNE PERSONNE VICTIME DANS MON VOISINAGE

Le site Elles Imaginent propose plusieurs conseils pour entrer en contact avec une personne victime de violences, dont nous reproduisons quelques lignes ci-dessous :

Vous pouvez engager la conversation lorsque vous rencontrez la victime et qu’elle se trouve seule. Témoignez-lui de la compréhension et ne la jugez pas. Ces situations sont difficiles pour les personnes qui ne savent quoi faire. Prenez ses déclarations au sérieux et dites-lui que ce qu’elle vit n’est pas normal, que la violence est punissable par la loi.

Vous pouvez lui proposer votre aide (écoute, accompagnement, accueil en situation d’urgence). Ne soyez pas surpris si la personne la refuse et renouvelez votre offre plus tard. Cependant, même si la victime (mineure ou majeure) répond négativement, elle sait désormais que vous êtes au courant, que vous pourrez lui porter assistance, témoigner peut-être. Elle est consciente que ce qu’elle subit est assez flagrant et grave pour avoir attiré l’attention.

Informez-vous sur les services d’aide existants (par exemple, auprès d’associations) et transmettez-en les coordonnées à la victime.

Ne critiquez pas le conjoint ou le parent violent. En le faisant, vous feriez passer le message à la personne victime qu’elle a « mal choisi » son conjoint ou son père/sa mère, ce qui la culpabilise encore plus. Or, elle est déjà sans cesse rabaissée par le conjoint ou le parent violent.

Au contraire, valorisez la victime, son courage et les actions qu’elle a déjà mises en place.

Pour plus de détails sur comment aider une personne victime de violences, rendez-vous sur le site 


benevolat_voisinage_P-Bagieu