13. La Croix-Rouge ne peut-elle prélever une part des 110 millions reçus [...] ?

Publié le 04/05/2006

La Croix-Rouge ne peut-elle prélever une part des 110 millions reçus pour les victimes du tsunami pour relancer les structures déficitaires ?

Encore une fois, l’argent des donateurs alimente un fonds dédié dont l'utilisation est réservée à ce pour quoi cet argent a été donné. Ce principe sur lequel repose la confiance des donateurs dans la Croix-Rouge est strictement contrôlé, à la fois en interne et par divers organismes externes. Dès janvier 2005, la Croix-Rouge s’est engagée à affecter cette somme aux centaines de milliers de rescapés dont les besoins sont encore loin d’être couverts. J’ajoute que, même si une telle réaffectation était possible, elle ne constituerait pas une solution durable : l’injection d’argent n’offre pas la solution pérenne au maintien de centres structurellement déficitaires.