8. Comment compte-t-elle résorber ses déficits sans pénaliser son développement ?

Publié le 04/05/2006

En 2003, la volonté d'apurer une part des découverts bancaires résultant des déficits passés avait conduit à un prélèvement exceptionnel de 17 % sur les trésoreries excédentaires de toute l’association. Personne n’imagine aujourd’hui le renouvellement d’un tel prélèvement. Mais nous devons tous ensemble tirer les leçons du passé : ce prélèvement avait été rendu nécessaire par l’accumulation des dettes. Or, si nous progressons dans le remboursement des découverts d’hier, notre association en recrée chaque année. Attention ! Tous ensemble, nous devons pratiquer la religion de l’équilibre ! Il faut donc s’en tenir aux orientations stratégiques qui visent à recentrer l’action nationale sur les métiers et le savoirfaire de la Croix-Rouge tels que l’urgence et le secourisme, l’action sociale et la formation mais aussi à renforcer l’animation associative, la formation des élus, le professionnalisme des salariés, une meilleure mutualisation, la régionalisation, la rigueur de gestion et le développement des ressources.