Le PEAD sera maintenu pour 2012 et 2013

Une épicerie sociale de la Croix-Rouge française
Publié le 14/11/2011

Les ministres européens, notamment la Ministre allemande, Madame Ilse Aigner, ont, aujourd’hui, décidé de maintenir les crédits budgétaires du PEAD pendant les deux prochaines années, évitant de justesse, à l’Europe une crise humanitaire.

Les associations françaises d’aide alimentaire et les dizaines de milliers de bénévoles qui agissent au quotidien saluent la décision du conseil des ministres de l’agriculture qui vient de sauver le Programme européen d’aide aux plus démunis pour les deux années à venir.

En effet, depuis plusieurs mois, le PEAD qui vient en aide à 18 millions d’Européens était menacée d’une baisse drastique de 75% pour 2012 et 2013. Tous nos efforts entrepris, soutenus par le Ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire vont permettre d’éviter le pire.

Nous nous sommes en effet, avec les Banques Alimentaires, les Restos du Coeur et le Secours populaire français, mobilisés sans relâche. Nous avons multiplié les actions pour garantir l’implication totale du gouvernement français, pour interpeller les gouvernements des pays de l’Union Européenne qui continuent à poser leur veto.
Nous avons eu des retours de soutien extrêmement nombreux des parlementaires français et européens, ainsi qu’une mobilisation sans précédent des délégations sur le terrain pour sensibiliser l’opinion public dans les médias ainsi que leurs élus locaux, leur député ou sénateur.

Néanmoins, nous poursuivrons nos efforts pour faire entendre notre voix afin que les mêmes principes de solidarité soient repris dans un nouveau dispositif à partir de 2014, convaincus que l’aide alimentaire constituera un élément essentiel de la solidarité européenne.

En effet, si cette décision apporte un soulagement pour les plus démunis et intervient à temps pour parer à l’urgence en 2012 et 2013, il faut d’ores et déjà travailler sur l’échéance 2014-2020 !

Des liens humains et solidaires doivent être durablement tissés au moment où la situation économique et politique est de plus en plus fragile. Une Europe forte ne peut pas se construire en laissant de côté les 80 millions d’européens pauvres. Tous les schémas de convergence de l’Union Européenne doivent inclure dès à présent un dispositif de protection et d’accompagnement des plus pauvres.

Les associations françaises d’aide alimentaire et les dizaines de milliers de bénévoles qui agissent au quotidien saluent la décision du conseil des ministres de l’agriculture qui vient de sauver le Programme européen d’aide aux plus démunis pour les deux années à venir.