Népal, un an après

Reconstruction au Népal après le séisme
Publié le 23/04/2016

Le 25 avril 2015, un séisme meurtrier d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter frappe le district de Dhading, à 77 kilomètres au nord-ouest de la capitale népalaise, Katmandou. Bilan des actions de la Croix-Rouge française un an après.

Alors que la première vague d’aide humanitaire bat son plein un second séisme intervient moins de trois semaines plus tard dans le district de Dolakha.

Les deux séismes consécutifs de 2015 feront 8 500 victimes et 17 500 blessés selon les autorités népalaises. Environ 850 000 habitations ont été détruites ou endommagées. Les dégâts sont considérables. Entre ces deux tremblements de terre meurtriers, les répliques se succèdent, ajoutant la peur au deuil. 

La Croix-Rouge népalaise est la première sur les lieux, le 25 avril, bien sûr, pour assurer l’aide d’urgence aux côtés des autorités nationales. Les bénévoles assurent les secours aux blessés et distribuent des biens de première nécessité en lien avec les autres sociétés nationales du Mouvement international de la Croix-Rouge (MICR) qui arrivent au Népal les unes après les autres.

Les Equipes de Réponses aux Urgences (ERU) sont un élément central de la stratégie d’intervention du Mouvement en cas de catastrophe. Elles permettent à l’organisation de réagir rapidement et efficacement à des situations d’urgences.

Au total, dix ERU, spécialisées dans la distribution de produits de première nécessité, la logistique ou encore l’assainissement sont déployées sous l’égide de la Fédération Internationale des Sociétés Nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). 

Le soutien de la Croix-Rouge française

La Croix-Rouge française, de son côté, appuie les équipes népalaises dans le district de Dhading, en assurant la coordination de la distribution de biens de première nécessité : 500 bâches plastiques, environ 200 kits cuisines et 150 tentes familiales.

Pendant ce temps en France, la Croix-Rouge mobilise ses équipes pour le retour de 206 ressortissants français à travers un dispositif de secours, d’accueil, d’écoute et de soutien psychologique.

Suite aux différentes évaluations, complexes à mener en raison des répliques, des glissements de terrain dus aux premières moussons et de l’inaccessibilité de certaines zones montagneuses, la Croix-Rouge française envoie une équipe de réponse aux urgences dans le district de Dolakha, situé sur l’épicentre du second séisme.

Cette équipe participe au déploiement d’un centre de santé d’urgence sous tente équipé d’un bloc opératoire et d’où rayonnent des équipes médicales mobiles. Le dispositif permettra de soigner les nombreuses blessures post-traumatiques et d’accueillir des patients souffrant de maladies liées à la situation sanitaire précaire provoquée par le manque d’abris, la destruction des infrastructures de santé, le début de la saison des pluies et la malnutrition.

Déploiement d’une unité de soins primaires à Singati

Dans le cadre d’un dispositif d’intervention conjointe, la Croix-Rouge française, en partenariat avec la Croix-Rouge allemande, déploie une unité de soins primaires, alors que la Croix-Rouge finlandaise met à disposition l’ensemble du matériel indispensable à la mise en place de deux cliniques mobiles.

L’unité de soins primaires est installée à Singati, un village situé au cœur du district de Dolakha, à environ deux heures de voiture de Charikot, où se situe l’hôpital du district. Ce dispositif a pour vocation de pallier la destruction du centre de santé de Lamidada, qui couvrait un bassin de population d’environ 60 000 personnes.

L’équipe est composée, pour la partie médicale, de deux médecins, deux infirmières, une sage-femme. Par ailleurs, un chef d’équipe, son adjoint et un technicien expert en eau et assainissement sont également présents. Cette équipe est appuyée par du personnel soignant de la Croix-Rouge népalaise.

Bilan

A partir du 12 juin 2015, l’unité de soins a permis de réaliser plus de 5 700 consultations. L’équipe a réalisé des consultations de différentes natures :

  • en lien direct avec le séisme, principalement de la traumatologie.
  • en lien indirect avec le séisme comme les glissements de terrain ou effondrement de maison suite aux dernières pluies.
  • en lien avec la destruction du centre de santé, incluant certains cas complexes. 

Des activités de soutien psychosocial ont également été développées, en lien avec l’école élémentaire et ses instituteurs, à destination des enfants du village.

Passation et donation de matériel

L’équipe technique de la Croix-Rouge française a travaillé sur la réhabilitation du centre communautaire de santé de Lamidada afin de permettre une transition rapide et une réinstallation des équipes médicales dans la structure existante. L’ensemble du matériel a été inventorié et transféré sous forme de donation à la Croix-Rouge népalaise qui a repris la gestion des activités du centre de Lamidada. Une partie du matériel et des médicaments a été mise à disposition de la structure et le reste des équipements servira au stock de contingence en cas de nouvelle catastrophe. 

Ainsi, le départ de la Croix-Rouge française a été préparé dès le début de l’opération pour inclure la Croix-Rouge népalaise dans les opérations et garantir ainsi la pérennité des actions tout en gardant en parallèle une capacité de réponse aux urgences.

Crédits photos: FICR