Une approche innovante au service de la réduction des risques de catastrophes

Une approche innovante au service de la réduction des risques de catastrophes
Publié le 12/11/2019

Le financement basé sur les prévisions météorologiques (forecast-based financing) : une approche innovante au service de la réduction des risques de catastrophes

Depuis 2015, le Centre Climat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a développé une approche innovante combinant prévisions météo et analyse des risques pour anticiper et réduire les impacts des catastrophes et favoriser la résilience des populations. Au Sahel, la Croix-Rouge française expérimente cette approche pour lutter contre la sécheresse et l’insécurité alimentaire.


Sahel : le cercle vicieux sécheresse - dégradation de l'environnement - insécurité et crise humanitaire

Le Sahel est confronté depuis des décennies à une insécurité alimentaire chronique qui prend sa source dans un contexte de changements climatiques, de dégradation de l'environnement et de conflits armés.

En effet, sécheresses récurrentes, pluies et inondations de plus en plus irrégulières, violentes tempêtes de sable et invasions destructrices de sauterelles affectent durement et durablement des populations déjà très vulnérables. Le Sahel figure ainsi parmi les régions du monde les plus gravement touchées par la sécheresse et une dégradation des terres aggravée par les pratiques agricoles non durables.

Enfin, les conflits aux frontières avec le Mali et le Nigéria créent d'importants mouvements de réfugiés à l’intérieur même du pays, ce qui accroît la pression sur les stocks alimentaires des ménages et a de forts impacts socio-économiques qui affectent la résilience des populations.

Cette combinaison de vulnérabilités chroniques et saisonnières, bien que complexe, est néanmoins généralement connue et prévisible. Or, malgré la disponibilité de l'information, des crises se produisent toujours chaque année, frappant des millions de personnes.

C'est pourquoi, ces dernières années, les acteurs humanitaires préconisent une approche plus anticipative pour traduire les alertes en actions précoces afin de réduire l'impact de catastrophes.


Innovation et anticipation pour une meilleure préparation des populations face à la sécheresse

Déployée au Sahel par la Croix-Rouge française et le Centre Climat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, cette approche vise à améliorer la préparation des populations face à la sécheresse.

Paris peace forum3

L’idée est de pouvoir mobiliser des ressources financières très rapidement sur la base des prévisions météorologiques et de l'analyse des risques qui en découlent, afin de se préparer aux phénomènes météorologiques extrêmes. Il s’agit d’un nouvel outil pour les gouvernements et les acteurs humanitaires, qui propose une approche très différente de la gestion traditionnelle des risques de catastrophes : on passe ainsi d’une attitude de réaction à une attitude proactive de préparation et d’atténuation des risques.


Les objectifs de l’approche « financement basé sur les prévisions météorologiques » sont :

  • anticiper les catastrophes ;
  • prévenir leur impact ;
  • réduire les souffrances et les pertes humaines.

Anticiper et organiser en amont : le Protocole d’action précoce

Le Protocole d'action précoce garantit l'engagement total des parties prenantes concernées et contribue à relever le défi de la coordination en temps de crise. La mobilisation des moyens financiers nécessaires aux acteurs sur le terrain s’inscrit dans ce protocole. Ainsi :

  • l’allocation des ressources financières est convenue à l'avance ;
  • le seuil de prévision spécifique au-delà duquel les ressources sont libérées est fixé ;
  • les rôles et les responsabilités de tous ceux qui participent à la mise en œuvre de ces mesures précoces sont définis.

L’expérience du projet « Sécheresse au Niger »

La Croix-Rouge française et le Centre Climat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont commencé à travailler au développement de cette approche en 2018 et ont lancé leur premier projet terrain en 2019 grâce à un financement de l'Agence française de développement (AFD) et la Coopération monégasque.  Ce projet est mis en œuvre dans la région de Zinder, au Niger.

Une fois l'alerte précoce déclenchée par le système de prévisions météorologiques, les Croix-Rouge française et nigérienne sont responsables de la mise en œuvre des actions précoces telles que la distribution de cash, la sensibilisation communautaire, etc. pour permettre aux populations de mieux se préparer et de moins souffrir de la sécheresse.  

Ce projet offre un soutien direct pour améliorer la préparation des communautés vulnérables exposées au risque d'insécurité alimentaire et matérialise une approche anticipative préconisée par les acteurs humanitaires depuis de nombreuses années.


Impacts et durabilité

Compte tenu du caractère très structuré de cette approche de financement basée sur les prévisions météorologiques, de nombreux donateurs institutionnels et privés se sont engagés à soutenir ce dispositif qui est désormais financé par le Fonds d'intervention d'urgence de la Croix-Rouge en cas de catastrophe.

La Croix-Rouge française et d'autres membres du Mouvement prévoient de reproduire cette approche dans d'autres pays exposés aux risques de sécheresse comme le Mali, le Tchad ou encore le Cameroun et un projet régional de financement basé sur les prévisions météorologiques sur la sécheresse au Sahel est actuellement à l'étude.

A ce jour, plus de 20 Sociétés nationales Croix-Rouge Croissant-Rouge d'Afrique, des Amériques et d'Asie-Pacifique mettent en œuvre des projets pilotes de ce type. Grâce à la méthodologie proposée, les prévisions météorologiques ont permis de déclencher avec succès des actions précoces au Pérou, au Togo, en Ouganda, au Bangladesh et en Mongolie.


Crédit photo : ®Felix_Vigne