Aide alimentaire européenne : les associations saluent des annonces qui constituent une avancée majeure pour affronter la crise sociale

Publié le 03/11/2020

Communiqué de presse commun Banques Alimentaires, Croix-Rouge française, les Restaurants du Coeur, Secours Populaire française

Nos associations, pleinement mobilisées depuis des années pour défendre le Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD), instrument irremplaçable de lutte contre la pauvreté en Europe, ont été entendues par l’Union européenne et le Gouvernement.

Les annonces de ce 3 novembre, permettent de sauvegarder une politique d’aide alimentaire pour les sept ans à venir à l’échelle de l’Europe, et de consacrer en France des moyens supérieurs au budget précédent, alors qu’il y a quelques mois encore planait une menace de diminution drastique de ces fonds. Le plan de relance européen, qui viendra en soutien à cette politique structurelle, constitue lui aussi une réponse salutaire que nous appelions de nos vœux.

Représentant un tiers de l’aide alimentaire délivrée en France, le FEAD a démontré, particulièrement ces derniers mois, à quel point il était irremplaçable. Les centaines de milliers de bénévoles de nos associations ont su le faire vivre avec sérieux et efficacité pour venir en aide aux personnes les plus précaires.

Désormais, il appartient au Gouvernement de mobiliser tous les moyens nécessaires pour que ce prochain programme d’aide alimentaire soit adapté et simplifié dans sa mise en œuvre, et permette de proposer une plus grande diversité qualitative de produits alimentaires aux personnes les plus démunies.

Pour autant, les besoins sont en augmentation constante car de nouvelles catégories sociales, jusqu’à présent épargnées, basculent dans la précarité.  Des centaines de milliers de personnes sont passées d’une situation critique à une situation catastrophique. La crise sociale que nous affrontons sera longue et difficile. Ces nouveaux soutiens financiers apportent une première réponse essentielle mais qu’il sera nécessaire de renforcer. Les associations vont avoir besoin du soutien et de la générosité de toutes et tous pour continuer à faire face à l’aggravation de la précarité et de la pauvreté dans les mois à venir et poursuivre leurs actions d’accompagnement des personnes vers l’autonomie.