Témoignages de français rapatriés de Côte d'Ivoire

Depuis le début des opérations de rapatriement, plus de 3000 personnes, pour la plupart des français, ont déjà quitté la Côte d'Ivoire. Certains ont tout laissé derrière eux. Difficile d'oublier la violence et la peur de ces derniers jours. Témoignages.

"J'habite depuis 5 ans en Côte d'Ivoire, dans le quartier des affaires, et je n'ai jamais connu un tel sentiment d'insécurité et de peur depuis mon arrivée.

La situation s'est sérieusement dégradée le week-end du 6 novembre. Des hordes de jeunes patriotes pourchassaient les français et les blancs jusque dans leurs habitations.
Face au danger, nous nous sommes réfugiés une nuit, ma femme et mes deux enfants, chez des amis, dans un appartement proche de chez nous. Grand mal nous en a pris. Des patriotes ont réussi à forcer a porte de l'immeuble et pénétrer dans l'appartement. Nous nous sommes échappés in extremis grâce à un ami ivoirien. Plus tard, des soldats de l'armée française nous ont récupérés à la gendarmerie la plus proche, et emmenés vers l'aéroport pour le départ.
Nous avons tout laissé derrière nous, le traumatisme est grand. Mais grâce à l'accueil que nous ont réservé tous les bénévoles et le gouvernement, nous nous sentons enfin rassurés, après des jours de peur ..." confie Jean-Pierre.

 

"Nous avons vécu l'horreur là-bas. Heureusement, nos enfants et nous-mêmes sommes sains et saufs. C'est l'essentiel. Dans l'avion, nous avons été très bien traités par l'équipe de bénévoles, qui ont su nous apaiser, alors qu'il y avait une énorme tension parmi tous les passagers. Maintenant, on veut oublier, le plus vite possible" ajoute Sylvie.

 

"On a posé le pied ici sans rien. On est arrivés en tee-shirt et en bermuda, avec ces deux valises. Et puis toute cette peur dans le ventre... Nos enfants n'arrêtent pas de pleurer depuis le départ. Grâce à la Croix-Rouge, nous avons enfin des vêtements chauds et du réconfort" témoigne François.