Croix-Rouge Mobilités : témoignages de Gilliane, Christian, Gefrey et Wendy

Croix-Rouge Mobilités : témoignages de Gilliane, Christian, Gefrey et Wendy
Publié le 02/12/2020

Les projets Croix-Rouge Mobilités permettent de développer localement des solutions de mobilité partagées et solidaires accessibles aux publics vulnérables. Nous sommes allés à la rencontre de Gilliane, Christian, Gefrey et Wendy pour comprendre comment ces solutions ont permis de faciliter leurs déplacements et de favoriser leur autonomie.


Wendy et Gefrey

 

CR mobilités-article

Originaires de la Martinique, et après avoir vécu à Paris puis à Tours, c’est à Loches que Gefrey et Wendy ont décidé de s’installer en février dernier, juste avant la crise sanitaire du COVID-19. Prêts à accueillir leur premier enfant, et soucieux de vivre dans un endroit calme, Wendy et Gefrey sont satisfaits de leur nouveau cadre de vie. Gefrey dispose du permis mais n’a pas de voiture et de son côté, Wendy n’a pas de permis. Gefrey est à la recherche d’un emploi, Wendy doit être suivie pour sa grossesse, ils rencontrent tous les deux des difficultés à se déplacer avec peu d’offres de transports sur leur nouvelle commune de résidence.

Depuis mars 2020, Gefrey utilise le prêt de véhicule solidaire mis en place par la Croix-Rouge, pour faire des courses et accompagner Wendy à des rendez-vous médicaux. « C’est l’action locale qui nous a dit que la Croix-Rouge dépannait une voiture. C’est à ce moment-là que j’ai su qu’il y avait ce dispositif à Loches. »

A la recherche d’un emploi, Gefrey explique les difficultés qu’il rencontre pour se faire embaucher : « Marcher n’est pas une contrainte pour moi. C’est plus pour le travail que c’en est une, parce qu’à chaque fois les boites d’intérim me demandent si je suis véhiculé. Je ne le suis pas et du coup la mission m’échappe. C’est ça qui bloque ici (…). S’il y avait des transports en commun ici, j’aurai eu plus de facilités ». Aujourd’hui, Gefrey a accepté une mission de préparateur de commande à Loches, dans le but d’économiser pour s’équiper d’un véhicule par la suite. En attendant, il continue d’utiliser le véhicule mis en partage pour faire ses courses, répondre à des entretiens d’embauche et accompagner Wendy à ses rendez-vous médicaux. « Vivre sans voiture ici c’est impossible ».


Gilliane

« Tout a commencé lorsque mon véhicule est tombé en panne », raconte Gilliane, 64 ans, habitante de Loches (37). Gilliane réalise régulièrement des missions en intérim dans la grande distribution, dans des zones géographiques variées, parfois à plus de 100km de son domicile. Elle fait également des « extras » dans la restauration. Elle a besoin d’être véhiculée pour aller travailler.

Elle a connu le dispositif Croix-Rouge Mobilités en visitant la vestiboutique. « Au début, je louais des voitures dans les grands magasins. Mais ça me coûte trop cher. Je suis venue ici pour acheter une chemise pour mon petit-fils, et j’ai vu l’affiche. » Après plusieurs échanges avec Sylvie, présidente de l’unité locale, elles ont trouvé un arrangement. « Je l’emprunte quand elle est disponible. Quand je ne peux pas la prendre, je suis obligée de dire à mon employeur que ma voiture est en panne. Les employeurs n’aiment pas trop car ce n’est pas facile de remplacer quelqu’un au dernier moment. »

Gilliane a essayé de trouver des solutions pour réparer ou remplacer son véhicule en panne, sans succès.  « Dès que l’on veut faire un emprunt, il faut un CDI. On ne m’a pas proposé de micro-crédit. Les voitures d’occasion restent chères, en comptant les pannes. Avec le travail, on fait entre 30 et 40 000km par an. »

Gilliane utilise aussi la marche à pied, et le stop, pour les trajets les plus courts, même si elle remarque une certaine frilosité des habitants à s’arrêter. « C’est plus difficile de faire du stop qu’avant, les gens prennent moins. » Depuis peu, elle a décidé d’aider les personnes qu’elle rencontre sur sa route. Elle s’est aussi proposée en tant que conductrice bénévole auprès de la Croix-Rouge, pour le transport solidaire de personnes n’étant plus en capacité de se déplacer.


Christian

Depuis 2 ans, Christian a retrouvé du travail avec l’aide d’une association d’insertion. Après des difficultés financières et près de 20 ans sans domicile fixe, c’est une réelle opportunité qu’il tient à honorer, en se rendant 3 jours par semaine sur 3 sites différents, aux alentours de Loches. Sans véhicule, il s’est tourné vers la Croix-Rouge pour en emprunter un, ponctuellement.

« Ça met me permet d’aller travailler, parce que je ne travaille pas tous les jours. » En complément, il demande à des personnes de son entourage de le déposer. « Les transports ? Ce n’est pas pratique. C’est pratique pour aller d’un point A à un point B mais c’est tout. Et puis c’est cher, 7,50€ par trajet, 15€ l’aller-retour entre Tours et Loches. (…) J’ai bien essayé le vélo, mais ce n’est pas simple. Je suis atteint de diabète et j’ai des problèmes de genoux, donc, on oublie ». L’été, ça lui arrive de se rendre au travail à pied, pour 1h de marche en moyenne. L’hiver, les conditions ne lui permettent pas, il a tenté le stop « mais aujourd’hui, plus aucune voiture ne s’arrête, les gens ont peur. Même ton voisin, il passe devant toi sans s’arrêter ». Alors comme Gilliane, il essaye de contribuer à la mobilité des personnes qu’il rencontre. « Lorsqu’on me prête un véhicule, et que je croise des autostoppeurs, je m’arrête. »

Pour ses autres besoins de mobilité, Christian sollicite régulièrement l’aide de son entourage. Mais comme il le souligne, « il faut obligatoirement une voiture ici. 90% des gens qui sont dans la misère ici, ils le sont pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas les moyens pour se déplacer. Donc c’est un engrenage, une histoire sans fin. »

 


Comme l’illustrent ces différents témoignages, l’accès à la mobilité est une condition indispensable pour l’accès à l’emploi, aux soins et à l’ensemble des besoins de la vie quotidienne. Le manque de solutions de mobilités est un facteur d’exclusion sociale. A travers les solutions de Croix-Rouge Mobilités, comme l’autopartage solidaire, les personnes sont accompagnées dans leur mobilité, mais retrouvent également une place dans la communauté locale et l’envie d’apporter leur propre contribution.

Retrouvez toutes les actualités de Croix-Rouge Mobilités sur la page dédiée