Entretien avec Christophe Letourmy engagé pour une mobilité durable et inclusive

Entretien avec Christophe Letourmy engagé pour une mobilité durable et inclusive
Publié le 19/11/2020

Christophe Letourmy est président de l’Unité Locale Croix-Rouge de Martigues (13) depuis 10 ans. Engagé depuis 20 ans à la Croix-Rouge française, il a fait de la mobilité un sujet phare des actions de son unité. Entretien.


Pouvez-vous nous présenter l’unité locale Croix-Rouge de Martigues ?

Créée en 1926, l’unité locale est composée aujourd’hui d’environ 130 bénévoles, accompagnés d’une salariée. Nous agissons sur 6 communes aux alentours de Martigues, qui ont des spécificités différentes. En termes d’activités, nous agissons à plusieurs niveaux : urgence secourisme, action sociale et des actions autour de la mobilité.


Les problématiques de mobilité observées

Quelles sont les problématiques de mobilité rencontrées au sein de votre structure ainsi que sur le territoire de Martigues et ses environs ?

Les problématiques de mobilité sont liées principalement au territoire. Une des particularités de l’unité locale de Martigues est d’agir sur un territoire varié. Le centre-ville est très urbanisé avec des transports en commun, et à une quinzaine de kilomètres, toujours sur la même commune, nous nous trouvons dans une zone très rurale. De la même façon, en intercommunalité, il y a des liens très forts entre la commune de Port-de-Bouc et Martigues, avec des offres de transport très évoluées, et sur les autres communes, une offre de transport en commun très faible.

Au sein de l’Unité Locale, les mêmes difficultés sont rencontrées. Le point de gravité de l’activité est Martigues, beaucoup des bénévoles viennent de cette commune par facilité d’accès. Nous avons beaucoup de mal à attirer des bénévoles d’autres communes, par manque de solutions alternatives. Aujourd’hui, 90% des bénévoles viennent en voiture et 10% viennent en transport en commun. Pour les personnes que nous accompagnons, le ratio s’inverse : 20% viennent à pied, 30 à 40% viennent en bus, et les autres en voiture.

Est-ce que la crise sanitaire du COVID-19 a fait évoluer les problématiques de mobilité des habitants ?

Les problématiques de mobilité se sont modifiées, notamment pour les personnes qui habitent en zone rurale. Jusqu’ici, certaines personnes étaient accompagnées jusqu’à l’unité locale par un voisin. Avec la crise du COVID-19, le respect des gestes barrières, la question s’est posée de partager sa voiture avec quelqu’un, situation qui pourrait donner lieu à une forme de contamination. Les personnes accompagnées se sont retrouvées dans une situation d’isolement aggravée pour des raisons sanitaires. Une réticence pour l’utilisation des transports en commun a également été ressentie. Des alternatives étaient nécessaires pour pouvoir poursuivre la réponse à certains besoins.


La mise en place du programme Croix-Rouge Mobilités sur le territoire d’intervention de l’Unité Locale

Comment avez-vous connu Croix-Rouge Mobilités ? Qu’est-ce qui vous a amené à adhérer à ce nouveau programme ?

Il y a 18 mois, nous avons connu Croix-Rouge Mobilités et avons décidé de lancer ce programme au sein de notre Unité Locale. Cela s’est accéléré avec le lancement de la mise en partage d’un véhicule sur notre territoire, en septembre dernier. La crise du COVID-19 a joué un rôle accélérateur à la mise en place de ces solutions, utiles et indispensables.

Quelle continuité et complémentarité avec les actions déjà mises en place ?

Le fait de mettre en place des solutions de mobilité permet d’établir une continuité avec ce qu’on proposait déjà, en apportant de nouvelles solutions. Les populations avec des difficultés pour se déplacer peuvent être des personnes âgées, sans permis ou pas éligibles au prêt de véhicule. Mais aussi, des personnes actives, avec des difficultés pour financer l’achat ou l’entretien d’un véhicule, qui rencontrent des difficultés pour se rendre à un rendez-vous professionnel, médical ou familial. Pour ces personnes, nous n’avions aucune solution à proposer. Le prêt de véhicule est une vraie nouveauté en continuité avec le transport solidaire, pour nos bénéficiaires actuels mais aussi pour les personnes avec des besoins de se déplacer, identifiées grâce à un travail réalisé avec les acteurs sociaux.

Quels sont les autres acteurs impliqués dans votre projet Croix-Rouge Mobilités ?

Dans ce contexte, et dans un projet comme le prêt de véhicule et le transport solidaire avec Croix-Rouge Mobilités, nous avons fait le choix que les travailleurs sociaux soient prescripteurs pour analyser les dossiers et déclencher un accompagnement adapté aux besoins identifiés. Nous sommes soutenus par la ville de Martigues, et une entreprise locale, en plus des dons privés que nous recevons. Enfin, nous nous appuyons sur une équipe d’une dizaine de bénévoles pour la mise en place du transport solidaire et de deux bénévoles pour l’autopartage.


Les perspectives d’avenir autour de la mobilité

Comment voyez-vous le projet évoluer dans les prochains mois ?

En fonction des retours et des besoins analysés sur le dispositif d’autopartage, nous avons déjà budgété l’acquisition d’un deuxième véhicule. Nous pensons que cette activité est importante. Ensuite, il s’agira pour nous de renforcer le transport solidaire pour les visites culturelles. Grâce à la mobilité, ce dispositif est vecteur dans la lutte contre l’isolement.

Pour les bénévoles de l’unité locale, nous réfléchissons à la mise en place d’un système de covoiturage puisque nous avons envie de nous inscrire dans une démarche de mutualisation de nos ressources, dans le cadre de la Responsabilité Sociale de l’Organisation, plus écoresponsable. Sur ce même sujet, nous aimerions également transformer notre investissement pour un véhicule hybride, pour réduire notre empreinte sur le territoire.

Comment voyez-vous l’évolution des mobilités dans les 10 prochaines années ?

La mobilité est un sujet qui va devenir porteur pour l’association. Nous adressons une réponse à de nouvelles problématiques sur notre territoire. 15 ou 20 ans en arrière, ne pas se déplacer et rester dans son village était entendable. Aujourd’hui, nous nous apercevons des difficultés rencontrées, notamment sur les territoires faiblement urbanisés. La mobilité est un facteur d’inclusion, la Croix-Rouge se positionne donc sur ces problématiques pour apporter des solutions.

Retrouvez toutes les informations ici