L’innovation sociale à la Croix-Rouge française

L’innovation sociale à la Croix-Rouge française

Depuis janvier 2017, la Croix-Rouge française a souhaité se donner un nouvel élan en faisant de l’innovation sociale la colonne vertébrale de l’ensemble de ses actions. Entretien avec Jean-Christophe Combe, Directeur général de la Croix-Rouge française, qui décrypte  les objectifs, les enjeux et le déploiement de cette démarche.


Pouvez-vous nous parler de cette dynamique d’innovation sociale qui est en train de se mettre en place à la Croix-Rouge française ?

L’innovation sociale fait partie intégrante de l’ADN de la Croix-Rouge française et du Mouvement Croix-Rouge Croissant-Rouge dans son ensemble. A chaque époque, notre association a su être à l’écoute des personnes vulnérables sur les territoires, elle s’est toujours adaptée pour répondre aux nouveaux besoins sociaux de son temps. Mais aujourd’hui, nous assistons à un moment charnière dans l’histoire de notre société : besoins sociaux croissants, conditions économiques de plus en plus contraintes, transformation digitale, évolution des modes d’engagement… L’ampleur et la rapidité de ces changements sont tels qu’il était devenu urgent pour notre association, à un moment où elle se questionnait sur l’avenir de ses activités, de se réinventer.


Quels sont les objectifs de ce processus d’innovation ?

Notre unique objectif est de maximiser l’impact social de nos activités, d’agir de la façon la plus pertinente et la plus efficiente possible pour accompagner au mieux les personnes fragiles dans un monde en mutation. Cela implique un changement culturel et comportemental complet de notre organisation comme de notre écosystème. Nous devons concevoir une nouvelle façon de collaborer, inclure davantage les parties prenantes, les citoyens, les entreprises, les financeurs. Il s’agit de mettre en place les bons outils pour faire émerger des dispositifs innovants afin de mieux répondre à des besoins sociaux émergents ou existants mais auxquels nous ne pouvions répondre jusqu’à présent.

Dans cette optique, nous avons organisé en juin 2018 notre premier Festival sur l’innovation sociale. Cet événement, qui a rassemblé près de 5 000 participants (bénévoles, salariés, partenaires, entrepreneurs…), était d’ailleurs ouvert à des personnes accueillies dans nos structures et nos établissements. Cette méthodologie inclusive et participative se révèle essentielle si nous voulons apporter aux personnes qui vivent ces problématiques sociales au quotidien des réponses adaptées à leurs attentes.


Quelles vont être les prochaines étapes et les traductions concrètes de cette nouvelle dynamique ?

Suite à une première phase de diagnostic qui nous a permis de mesurer le degré de maturité de l’organisation sur ces questions, nous avons pu définir une stratégie actée par notre Conseil d’administration. C’est elle qui constitue notre feuille de route. Cette stratégie se traduit en plan d’actions et en chantiers prioritaires qui ont commencé à être déployés. Nous nous appuyons notamment sur la transformation digitale pour nous mettre en ordre de marche sur des problématiques telles que l’évolution des systèmes d’information, la gestion et la valorisation des données, la mesure d’impact social, etc.

Parmi les réalisations concrètes, un des projets exemplaires est celui du tiers-lieu. Espace d’échanges, de rencontres et de citoyenneté, il regroupe à lui seul plusieurs composantes emblématiques telles que l’approche territoriale, les nouveaux modes de collaboration, les financements innovants, l’intégration des parties prenantes dans les projets, etc. C’est un modèle que nous avons déjà commencé à déployer et dont nous souhaitons favoriser l’essaimage.

Le second projet phare, plus structurant, est celui du Campus Croix-Rouge, qui accueillera dès le mois de septembre à Montrouge les services centraux de notre association. Ce lieu s’inscrit pleinement dans cette nouvelle dynamique. Il sera ouvert sur l’extérieur, favorisera les échanges et les nouveaux modes de collaboration. Ainsi, nous bénéficierons sur place de la présence d’un incubateur d’innovation sociale. L’idée est de repérer et déployer les dispositifs qui ont le plus d’impact social, notamment dans les champs de l’accès aux soins, la lutte contre la précarité, l’inclusion numérique, la dépendance et le lien social, la prévention et la jeunesse. Cet incubateur reposera sur trois dynamiques : l’intrapreneuriat (détecter, accompagner et promouvoir les initiatives en interne) ; un excubateur (aller chercher des dispositifs innovants en gestation dans des entreprises pour leur permettre d’accéder au terrain d’expérimentation que représente la Croix-Rouge française) ; un incubateur de startups (accueillir de jeunes entrepreneurs qui veulent assurer la pérennité de leur modèle ou changer d’échelle).


Quelle ambition porte aujourd’hui la Croix-Rouge française ?

La Croix-Rouge française souhaite porter la vision d’un modèle associatif capable d’innover, de se réinventer. L’innovation sociale n’est pas l’apanage des acteurs privés de la tech ou de l’entrepreneuriat social et la Croix-Rouge française a une responsabilité particulière dans la promotion de ce modèle associatif dont elle est l’un des plus importants représentants dans le paysage français.

L’innovation sociale n’est pas une fin en soi, elle reste un moyen au service de notre objet social.