Les tiers-lieux ou la Croix-Rouge réinventée

Publié le 31/10/2018

Qu'est-ce qu'un tiers-lieu ?

Votre premier lieu est votre domicile. Votre deuxième lieu est celui où vous travaillez. Un tiers-lieu, c’est un espace dédié à la vie sociale de la communauté. Physique ou virtuel, cet espace multi-usages, ouvert à tous, permet à des publics d’ordinaire séparés de se rencontrer et de partager des activités pérennes ou ponctuelles. C’est un lieu collaboratif, de services, de partage et d’échange, dans lequel s’inscrit la logique du pair à pair : l’usager est un contributeur. Sous l'appellation tiers-lieu, de multiples réalités existent et existeront. Ce sont les acteurs investis dans le tiers-lieu qui en dessinent les contours, les formes et les activités présentes.


Quels enjeux pour la Croix-Rouge ?

« Avec les tiers-lieux, nous souhaitons toucher un public plus large, favoriser le partage et créer davantage de  mixité sociale au sein de nos unités locales. Cela nécessite de réinventer nos modèles d’organisation », explique Alicia Cuny, chargée de projet tiers lieux au siège de la Croix-Rouge française.  D’où l’importance de l’expérimentation.

Les six projets retenus étaient présentés sur le stand « tiers lieux ». Tous sont situés dans des zones rurales ou semi-urbaines.

Le cahier des charges était le suivant : ouvrir un lieu de sociabilité tous publics, attractif – l’idée, c’est aussi de changer l’image de la Croix-Rouge - et économiquement autonome. Chacun ensuite a ses particularités. Ainsi, au Puy-en-Velay (43), l’unité locale souhaite s’agrandir et repenser ses activités afin de s’ouvrir à une plus large population et nouer des partenariats avec des acteurs locaux. Démarche similaire pour celle de Châteauponsac (87). A Montbrison (42), le projet porte sur l’ouverture d’une boutique de solidarité et de santé avec le centre social et le Secours Catholique. A Verdun-sur-Garonne (82), l’unité locale et Croix-Rouge insertion souhaitent ouvrir un grand lieu comprenant un café en insertion, une recyclerie, un jardin partagé en permaculture, une vestiboutique, etc. Enfin deux établissements pour personnes handicapées ont été retenus, l’un à Saint-Jans Cappel (59) l’autre à Monistrol-sur-Loire (43). « Dans ce dernier cas, le projet a été co-construit avec d’autres associations, les habitants, etc. afin de répondre au mieux aux besoins de la ville. Au final, le lieu comprendra notamment une plateforme multiservices, une bibliothèque et un café », détaille Alicia.