La réalité virtuelle au service de la santé

La réalité virtuelle au service de la santé
Publié le 31/10/2018

La réalité virtuelle est aujourd’hui principalement associée au divertissement. Mais les usages en matière de santé publique sont potentiellement nombreux et commencent tout juste à être exploités. L’association PEP 06, située à Nice, bénéficie ainsi d'un plateau technique unique en France : analyse 3D du mouvement humain, rééducation fonctionnelle et activités physiques adaptées (APA) basées sur la réalité augmentée, consultations médicales spécialisées dans le champ du handicap... Un premier partenariat a été amorcé en 2017 avec un établissement Croix-Rouge du département dans le cadre de l'analyse de la marche et du risque de chute des personnes handicapées vieillissantes : tapis de marche portatif, analyse et bilan complet, préconisations en matière de rééducation et ou d'APA. Aujourd'hui, grâce à la signature d’une convention inter-associative entre les PEP 06 et la direction régionale PACA & Corse de la Croix-Rouge, des établissements pourront emprunter du matériel (ordinateurs, casques de réalité virtuelle, applications) et être accompagnés via des formations à l'utilisation de cette nouvelle technologie auprès de certains publics.


Outre le diagnostic des troubles fonctionnels, la réalité virtuelle peut améliorer la gestion des phobies, le repérage spatio-temporel mais aussi diverses situations d'apprentissage : le développement des habiletés sociales favorisant l'autonomie sociale, l'empowerment et finalement l'inclusion (mises en situation virtuelle).


La technologie, en tout cas, suscite de l’intérêt. Au stand de l’association, nombreux sont les visiteurs à tester la réalité virtuelle, qui sur l’analyse du rachis ou des troubles de l’équilibre qui sur la gestion des phobies, de la peur du vide à la claustrophobie. On peut également se laisser aller à une séance de relaxation. Michel Martry commente : « pour une personne ne souffrant pas de handicap, on lui mettra plein de stimuli en même temps, une plage, de la musique, des palmiers, etc. Ce n’est pas possible pour une personne handicapée. Il faut d’abord mettre un fond vert avec de la musique, puis lors d’une deuxième séance, ajouter un palmier, etc. Or, ce type d’outils n’existe pas pour l’instant. Il va falloir investir ; c’est tout l’enjeu du partenariat avec la Croix-Rouge. Ce qui nous laisse espérer que ces logiciels seront disponibles d’ici trois ans ».