Urgence Ukraine   Urgence Ukraine

Urgence Ukraine   Urgence Ukraine

“Il n’y a pas d’eau, pas de chauffage, pas d’eau chaude. C’est devenu invivable.”

Ivana se présente à la Croix-Rouge ukrainienne avec son fils et son père.
Publié le 29/11/2022

Âgée de 37 ans, Ivana se présente à la Croix-Rouge ukrainienne avec son fils et son père pour y trouver de l’aide et du réconfort.

Ivana est arrivée il y a quelques jours à Lviv, avec son fils âgé de 10 ans et son père. Nous sommes devant le principal local de la Croix-Rouge ukrainienne, au pied d’un immeuble des années 70. Des personnes font la queue en attendant d’être reçues par deux jeunes bénévoles qui, assis derrière un bureau sous une tente, les reçoivent individuellement. Les personnes présentent leur passeport, tous les documents possibles, elles sont enregistrées et peuvent ensuite recevoir une aide. Il faut notamment prouver qu’elles sont bien des personnes déplacées à l'intérieur du pays.

20221103-NLV_5168
 

La plupart ont fui des zones bombardées ou occupées par l’armée russe. « Il n’y a pas d’eau, pas de chauffage, pas d’eau chaude. C’est devenu invivable. Nous avons fui les explosions, les tirs, c’était tous les jours, explique la jeune femme de 37 ans, qui a fui Zaporijia. Les ennemis sont arrivés à 20 km de notre maison. Nous vivions en permanence dans les abris, il fallait courir tout le temps pour se protéger, les enfants sont très angoissés, ils font des cauchemars. Nous sommes partis parce que les maisons sont détruites les unes après les autres, cela devient bien trop dangereux mais malheureusement certains de nos amis sont restés. »

20221103-NLV_5215
 

Son père est un homme en colère et épuisé. Il dit : « Si vous saviez comme c’est dur… » Il s’agace : « Pourquoi vous ne donnez rien à un enfant de 10 ans ? » Les bénévoles lui expliquent posément qu’il y a de la nourriture qui lui conviendra dans les sacs, notamment des biscuits et des fruits secs.  Il comprend, en prend plusieurs. Au départ, tous trois pensaient ne rester que deux semaines à Lviv mais ils vont y passer l’hiver. « J’espère trouver du travail », confie Ivana, qui travaille dans un institut de beauté. Son autre priorité est de trouver une école pour son fils ainsi qu’une équipe de foot pour lui permettre de reprendre son activité préférée.

Alexandre Duyck