Arrêt cardiaque : où en sont les connaissances des français aujourd’hui ?

JMPS
Publié le 09/09/2009

9 français sur 10 savent ce qu’est un défibrillateur.
88 % d’entre eux ne veulent pas s’en servir car ils ne sont pas formés.

Le 9 septembre la Fédération Française de Cardiologie(FFC) et la Croix-Rouge française publient une étude, réalisée par TNS Healthcare, mesurant l’état des connaissances des français sur les gestes à adopter face à un arrêt cardiaque.

Bonne nouvelle ! 40 % des français savent qu’il faut masser le cœur (Contre seulement 30 % en 2007). En revanche, l’étude montre que beaucoup de chemin reste encore à parcourir pour que ces connaissances se traduisent en comportement efficace pour sauver des vies. En effet, si 9 français sur 10 savent ce qu’est un défibrillateur, plus d’1 français sur 3 ne se sent pas prêt à l’utiliser. Parmi cette population, 88 % d’entre eux l’expliquent par le manque de formation. Pour la deuxième année consécutive, la Fédération Française de Cardiologie et la Croix-Rouge française s’unissent pour informer et former gratuitement les français sur tout le territoire aux gestes qui sauvent et à l’usage du défibrillateur.

Cette opération débutera le 12 septembre, date de la Journée Mondiale des Premiers Secours, jusqu’au 27 septembre 2009, fin de la Semaine du Cœur.

Pour le lancement de cette journée, une conférence de presse se tiendra à Limoux le samedi 12 septembre à 11heure en présence d’Adriana Karembeu, la Croix-Rouge française et la Fédération Française de Cardiologie.

Une centaine de villes françaises participent à la Journée mondiale des premiers secours. Des animations, des initiations aux gestes de premiers secours, seront organisées partout en France par les bénévoles de la Croix-Rouge française.

Une Journée Mondiale des Premiers Secours (JMPS) axée sur l’arrêt cardiaque

Cette année, la JMPS et l’étude réalisée avec la FFC sont l’occasion de sensibiliser différents publics à la défibrillation comme les entreprises et collectivités, prescripteurs de la prévention des gestes qui sauvent.

Même si les résultats de l’étude sont plutôt encourageants, la France reste malheureusement encore en retard par rapport à d’autres pays comme la Norvège, la Finlande ou encore les Etats-Unis.

Il est donc capital de profiter de cette journée et de cette semaine du cœur, pour informer, sensibiliser et faire prendre conscience au grand public de la simplicité des gestes qui sauvent et de l’importance de se former au défibrillateur automatisé externe (DAE).