Rapport Human Rights Watch : la Croix-Rouge française réfute les accusations mensongères portées contre sa mission d’évaluation des mineurs isolés étrangers à Paris

Publié le 04/07/2018

L’association Human Rights Watch (HRW), dans un texte intitulé « C’est la loterie : traitement arbitraire des enfants migrants non accompagnés à Paris », attaque la Croix-Rouge française dans sa mission d’évaluation des Mineurs Isolés Etrangers à Paris. La Croix-Rouge française, qui accueille, accompagne et garantit au quotidien les droits et besoins fondamentaux des personnes migrantes, réfute les accusations portées dans ce rapport dont la méthodologie reste floue.

Partout sur le territoire et tout au long de leurs parcours la Croix-Rouge agit pour accueillir et accompagner les personnes en situation de migration. De Calais à Vintimille, nos équipes bénévoles et salariés interviennent avec un engagement et une  compétence, reconnus dans le monde entier.

Parmi les multiples actions d’accueil, d’accompagnement et de soins que nous assurons au bénéfice de toutes les personnes en situation de fragilité, nous intervenons depuis 2015 comme opérateur de la Mairie de Paris, pour émettre un avis sur la minorité des jeunes qui se présentent au Dispositif d’Evaluation des Mineurs Isolés Etrangers (DEMIE 75).

Cette mission exigeante, que nos équipes assument avec professionnalisme, n’est en aucun cas « une loterie », « arbitraire », basée « sur des entretiens de 5 minutes ». Pour émettre un avis, elles utilisent un entretien d’évaluation réglementé, élaboré par des experts juridiques, psychologiques et pédiatriques,  tenant compte de l’avis du Défenseur des droits et dans le respect de la circulaire du 31 mai 2013 et de la loi de mars 2016 sur la protection de l’enfant. Par ailleurs, la Croix-Rouge ne s’occupe ni de la décision prise, ni de son application. Depuis 2011, plus de 20 000  avis d’évaluation ont été rendus, seuls deux ont fait l’objet d’une contestation en justice, qui a toujours donné raison à la Croix-Rouge.

Nous comprenons parfaitement le souhait de cette ONG d’appeler l’attention des pouvoirs publics sur la situation des personnes migrantes et tout particulièrement sur celles des mineurs isolés, mais cela ne peut se faire au mépris de la vérité et de l’action de nos milliers de bénévoles et salariés qui agissent tous les jours auprès des personnes en situation de fragilités.

Par ailleurs, nous n’avons toujours pas d’explications sur la méthodologie de constitution de l’échantillon des personnes interrogées sur la base duquel le rapport est rédigé. 49 personnes auraient été interrogées sur les plus de 6 600 personnes qui ont été accueillies au DEMIE 75 en 2017. Comment les jeunes ont-ils été orientés vers l’étude ? Par qui ont-ils été orientés ? Quelles caractéristiques du public constitutif de l’échantillon retenu ? Aucune réponse ne nous a été apportée sur ce point.

Parce que nous préférons l’action aux polémiques, la Croix-Rouge française se tient à l’entière disposition de tous ceux qui souhaiteraient découvrir le travail effectué au DEMIE 75 et au-delà, l’ensemble des actions que ses bénévoles et salariés mènent au quotidien pour accompagner et protéger les publics les plus vulnérables dont font partie les mineurs isolés étrangers.