Sans vous, comment ferions-nous ?

Publié le 23/10/2007

La Croix-Rouge française lance un appel à la mobilisation de chacun pour renforcer son action de lutte contre la précarité.

Fin septembre, l’ensemble des responsables territoriaux de la Croix-Rouge française se sont réunis pour préparer les actions de lutte contre la précarité et d’aide aux plus démunis en vue de la période hivernale.

Déjà fortement engagées au quotidien dans la lutte contre la précarité, les délégations de la Croix-Rouge vont intensifier leurs actions dès les prochaines semaines.

 

Les actions de Samu social devront compter sur des bénévoles supplémentaires pour pouvoir assurer des tournées plus fréquentes, plus longues, et sur des territoires plus grands. Certaines délégations qui n’assurent pas cette activité en temps normal vont organiser des maraudes spéciales et recherchent d’ores et déjà des bénévoles ; des maraudes de jour seront également organisées.

 

En matière d’hébergement et d’accueil, l’augmentation du nombre de volontaires engagés permettra de mieux prendre en charge les personnes sans domicile et d’ouvrir dans la journée des centres d’hébergement d’urgence (CHU) et des accueils de jour habituellement fermés. Les locaux de la Croix-Rouge pourront être ouverts la nuit pour accueillir les personnes sans abri. Les permanences des délégations pourront prendre en charge et orienter les personnes.

Des bénévoles supplémentaires seront nécessaires pour assurer des astreintes à disposition du 115, pour transporter les personnes et pour augmenter les actions de distribution de repas.

Le renforcement de ces actions, déjà nombreuses (la Croix Rouge gère le 115 dans 7 départements, 62 dispositifs de SAMU social, 30 CHU, 650 lieux de distribution alimentaires, 580 vestiboutiques…) nécessite des volontaires plus nombreux, mais aussi formés, ainsi que des financements complémentaires permettant de prendre en charge les produits distribués et les actions d’hébergement.

De ce point de vue, si elle se réjouit du principe de la loi sur le droit au logement opposable, la Croix-Rouge reste préoccupée par la réduction mécanique que cette loi implique en matière d’hébergement d’urgence, et demande le maintien de places d’urgence. Si l’augmentation de places de stabilisation est indispensable, le maintien de places d’urgence, notamment en hiver demeure une nécessité.

L’hiver dernier, ce sont près de 120.000 personnes qui ont été prises en charge et aidées par la Croix-Rouge française, avec un engagement de plus de 10.000 bénévoles représentant plus de 20.000 jours de travail. Et tout au long de l’année 2007, plus de 1 million de personnes auront fait appel aux services sociaux des bénévoles et des établissements de l’association.

Au-delà de l’urgence

Parce que l’hiver est souvent le prétexte à se pencher sur le sort des personnes sans domicile fixe, mais parce que la précarité ne se réduit ni dans le temps ni dans l’espace aux personnes qui vivent dehors de novembre à mars et parce que la Croix-Rouge française propose un dispositif global unique qui va de la détection des personnes en difficulté jusqu’à leur réinsertion, il est nécessaire aujourd’hui de changer le regard de la société sur la précarité.

La Croix-Rouge française appelle d’abord à une prise de conscience de chacun :

  • La précarité n’est pas seulement celle des personnes sans domicile fixe dans la rue pendant l’hiver, elle concerne aujourd’hui près de 10 millions de personnes en France chaque jour.
  • La lutte contre la précarité ne peut se réduire à la lutte contre la pauvreté économique. Elle requiert un engagement de tous : Etat, collectivités publiques, entreprises, particuliers.
  • L’approche de l’Etat, parce qu’elle est, par nature, globalisante et systémique, est presque toujours insuffisante. Elle doit s’appuyer davantage sur l’approche associative et la soutenir, car elle est plus efficace pour adapter la prise en charge à la singularité de chaque personne en difficulté.
  • L’objectif du Grenelle de l’insertion tel qu’il est annoncé est trop limité et doit être étendu aux différentes formes de précarité. L’Etat doit s’engager à impliquer les associations en amont de toute décision et ouvrir la voie à de véritables contrats d’objectifs et de moyens leur permettant de remplir plus efficacement leur rôle de proximité par un accompagnement personnalisé.
  • Toutes les personnes qui souhaitent s’engager dans une action bénévole, doivent savoir que c’est aujourd’hui le moyen le plus efficace de venir en aide aux plus démunis d’entre nous.
campagne-octobre2007

Aussi, pour soutenir l’action quotidienne de terrain de toute l’association, et parce qu’elle est aujourd’hui au maximum de ses capacités d’action et que tant reste à faire, la Croix-Rouge française complète son appel par une campagne de sensibilisation et d’appel au soutien de la part de tous. Des annonces presse et un film de publicité seront diffusés à partir du 24 octobre pour rappeler la nature de l’engagement de la Croix-Rouge française mais surtout pour rappeler la dimension associative de la Croix-Rouge et son besoin de soutien à la fois financier et humain.

C’est l’esprit du slogan de cette campagne : "Sans vous, comment ferions nous ?".