Les guerres mondiales

Publié le 06/05/2004

De multiples actions pendant la 2ème guerre mondiale

En 1940, les missions de la Croix-Rouge française ont été multiples : secours des blessés militaires, des prisonniers de guerre, maintien des liens avec leurs proches, et soutien des populations civiles.

 

  • Les convois
convois

Les infirmières de la CRF assurent entre zone libre et zone occupée des convois réguliers pour les enfants isolés, les malades et les personnes âgées.
Entre 1941 et 1942, 87.000 enfants et 18.400 malades ou infirmes sont convoyés.

 

 

 

 

 

  • Les actions en faveur de l'enfance
enfant

Le Secours national confie à la CRF le service layettes et l'alimentation premier - âge. Entre 1941 et 1944, la CRF va investir 61 millions de Francs pour l'achat de layettes. Elle va également acheter et recevoir des Croix-Rouge suisse et américaine 1550 tonnes de lait condensé.
Dans les zones bombardées, la CRF recueille des enfants dans des centres d'accueil.
15 Maisons des petits Français, construites par le Secours national, sont gérées par la CRF.

 

  • Le service des recherches
service de recherches

Au moment de l'exode en mai-juin 1940, 10 millions de Français se retrouvent sur les routes. La CRF met en place un fichier pour la recherche des familles dispersées. Ce service est ensuite regroupé avec le service des recherches et de correspondance pour les prisonniers de guerre.
En 1944 est créé un service des familles dispersées. En un an, 22.000 demandes ont été enregistrées, 45 % ont abouti.
La CRF a également reçu et expédié plus de 5 millions de messages de 1941 à 1944 par courrier et par radio.
Entre 1944 et 1945, 3 millions de messages ont également été expédiés pour les travailleurs en Allemagne.

 

  • Aides aux civils dans les camps

Pendant 2 ans, de 1940 à 1942, la CRF va distribuer aide alimentaire et produits d'hygiène dans les camps et les prisons sous autorité allemande ayant des sections politiques, ainsi qu'aux camps de la zone libre (Rivesaltes, Noé, Vernet-d'Ariège, etc.). Fin 1941, la CRF obtient le droit le distribuer des colis alimentaires dans les prisons et dans les camps au bénéfice des prisonniers ne recevant pas de colis de leur famille. Cependant, en septembre 1942, la permanence sociale du camp de Drancy est supprimée, les autorités allemandes ayant décidé que l'aide accordée aux Juifs serait assurée par l'UGIF .
En mai 1943, la CRF se voit retirer ses activités d'aide aux familles d'internés au profit du Secours national.
Enfin, en 1944, le siège de la CRF fut davantage surveillé par les nazis. Des perquisitions et des arrestations furent même ordonnées. Au total, 29,5 millions de colis ont été envoyés aux prisonniers de guerre en Allemagne, soit près de 20.000 tonnes de marchandises, et 57.000 ouvrages sont remis dans les camps et les prisons entre 1940 et 1944.

  • Aides aux rapatriés
aide aux rapatriés

Dès mars 1945, le flot de rapatriés dirigé vers la région parisienne submerge les autorités qui font appel à la CRF pour l'aider à organiser et à faire fonctionner les nombreux centres d'accueil installés sur Paris.Des secouristes sont donc placés dans tous ces centres, dont le principal est installé à la gare d'Orsay ; jusqu'à 1500 secouristes sont employés quotidiennement.
D'autre part la CRF a déjà pris l'initiative d'installer des centres d'accueil en gare, où elle héberge et nourrit les réfugiés et rapatriés. Certaines gares ont vu passer jusqu'à 3000 personnes par jour, pendant plusieurs semaines.

 

  • Les équipes secouristes
secouristes

Pour faire face aux ravages des bombardements et dans le cadre des débarquements, la CRF créé des équipes d'urgence composées de brancardiers, de secouristes, et d'infirmières. La direction a mobilisé 145.000 équipiers.
Dans la région parisienne, 35.000 secouristes ont été formés. Durant les journées de la libération de Paris, les équipes d'urgence ont assuré 100 postes de secours permanents. En province, le mouvement s'est développé de manière identique mais plus lentement.

 

  • Les conductrices - ambulancières
conductrices

Les conductrices - ambulancières, dont le corps est créé en 1939, ont pour mission le transport et le brancardage des malades, opérés et infirmes, l'accueil dans les gares des rapatriés malades et leur transfert dans les hôpitaux, le transport des blessés du front, et une mobilisation immédiate en cas de sinistre (accident, bombardement, catastrophe naturelle). Entre 1942 et 1944, elles ont effectué 52.080 missions et parcouru plus de 1,5 millions de km.


La Croix Rouge Française sort elle aussi meurtrie de cette seconde guerre : elle a perdu 294 infirmières, 9 conductrices - ambulancières, 20 Infirmières Pilotes Secouristes de l'Air, et 91 équipiers et secouristes.


Son action en faveur des victimes a été reconnue : la CRF a été nommé en 1946 à l'Ordre de la légion d'honneur, et s'est vue attribuer la croix de guerre avec palme pour ses actes, depuis sa création (1864), en tant qu'auxiliaire du service de santé des armées.